UN-SCPC : Bakary Togola sème le désordre

A peine sorti de la Maison centrale d’Arrêt de Bamako, Bakary Togola réclame le fauteuil de président au sein de l’Union nationale des sociétés coopératives des producteurs de coton (UN-Scpc). Une restitution qui ne semble pas plaire à ses pairs. Car M.Togola était en prison pour avoir détourné l’argent  des producteurs du coton.

 

Le ‘’ridicule ne tue plus au Mali’’, c’est ce qui explique l’attitude et le comportement de Bakary Togola.  Arrêté pendant longtemps pour n’avoir pas pu justifier l’argent destiné aux producteurs de coton, il veut revenir aux affaires après sa libération.

A quelques jours de sa libération, contre toute attente, Bakary Togola est allé occuper son bureau au sein de l’Union nationale des sociétés coopératives des producteurs de coton le lundi 19 avril 2021. Par la suite, il a exigé de celui qui assure l’intérim de venir lui faire la restitution de sa gestion lorsqu’il était absent. Cette attitude est mal conçue par les producteurs de coton qui le regardent comme celui qui a détourné leur argent. Ces derniers invitent les autorités de la transition à prendre des mesures pour que Bakary Togola mette fin à la provocation au sein de l’Union.

Pourtant il ressort des recommandations des assises sur le coton, la mise en place d’un organe transitoire.  Une mise en place d’organe transitoire qui tarde et Bakary veut profiter de cette situation pour semer le trouble au sein de l’union dans le but d’occuper sa place. Ce qui peut être non seulement synonyme de détournement mais aussi de règlement de compte parce que certains producteurs de coton avaient exigé la restitution de leur argent.

Bakary Togola est-il le seul qui sait ou qui peut gérer le monde des paysans ? En attendant la réponse à cette question, la nécessité de prendre des mesures se pose surtout lorsque l’on sait que la culture du coton traverse un moment de turbulence. L’interférence de Bakary Togola ne va-t-il pas envenimer les problèmes que traverse la culture du coton lorsque l’on sait que le retard dans l’application des recommandations des assises sur le coton est en train de créer des tensions sporadiques chez les producteurs du coton. Il est impératif d’appliquer ces recommandations afin d’éviter une autre saison cotonnière vierge. ‘’Un homme averti en vaut deux’’.

Bissidi SIMPARA

Source : L’Alerte

Suivez-nous sur Facebook sur