Les dates des élections fixées au Mali : – Scrutin référendaire: 31 octobre 2021 / – Élections des conseillers des collectivités: 26 décembre 2021 / – Élections présidentielle et législatives: le 27 février, 13 et 20 mars 2022(second tour)

Hier, jeudi 15 avril 2021, à la Cellule d’Information Gouvernementale du Mali (CIGMA), le Ministre de l’emploi et de la formation professionnelle, porte-parole du gouvernement, Mohamed Salia Touré, était face à la presse, avec son homologue de l’Administration territoriale et de la décentralisation, lieutenant colonel Abdoulaye Maïga, pour informer le peuple malien des dates des scrutins, du référendum pour réviser la constitution et des élections générales (des conseillers communaux, des conseillers régionaux et du District de Bamako, du président de la République et des députés de l’assemblée nationale). Ils se dérouleront entre le 31 octobre 2021 et le 20 mars 2022. « Les dates proposées s’inscrivent dans le cadre strict du respect de la durée de la transition, c’est-à-dire 18 mois », clame le ministre Abdoulaye Maïga. La décision a été adoptée en conseil des Ministres du 14 avril 2021.

La charte de la transition qui a été adoptée  lors des journées de concertations nationales  sur la transition, tenues les 10, 11 et 12 septembre 2020, et promulguée  par  le décret n°2020-0072/PTR M du 1ER Octobre 2020 et la feuille de route, rappelle  le Ministre  Abdoulaye Maïga, assignent entre autres  à la transition,  l’organisation des  élections générales.  Dans ce cadre, le Ministère de  l’administration  territoriale et de la décentralisation, dit-il, conformément au décret n°2020-0095/PTRM du 16 Octobre 2020 fixant les attributions spécifiques  des membres du gouvernement, après consultation des structures concernées, et  son adoption en conseil des ministres présidé par son excellence Bah N’Daw, président de la transition, le gouvernement présente le chronogramme du référendum et des élections générales à travers ce point de presse.  Par conséquent, insiste le lieutenant colonel Abdoulaye Maïga auprès des journalistes, je vous prie de retenir  les dates suivantes  ainsi que leurs justifications.

Première date, dit-il, le dimanche 31 Octobre 2021, aura lieu le scrutin référendaire. Selon lui, cette date tient compte  du temps nécessaire, c’est-à-dire 5 mois, à compter du mois d’avril, pour  mener  des consultations, élaborer le projet de constitution, l’adopter par le Conseil national de transition (CNT) et enfin, l’adopter par le référendum. « Ce délai permettra de recueillir et de prendre en compte les aspirations profondes du peuple malien dans toutes ces composantes», a affirmé le ministre Abdoulaye Maïga.

Deuxième  date à retenir, ajoute-t-il, le dimanche 26 Décembre 2021, il est prévu l’élection des conseillers territoriales: collectivités communes, collectivités cercles, collectivités régions, District de Bamako. « Il vous souviendra  que le mandat  des conseillers communaux, renouvelé en décembre 2016, arrive à expiration en  novembre 2021. Et  celui des conseillers des cercles et des conseillers régionaux, renouvelé pour une première fois en 2009, est arrivé à expiration en 2013 et a fait l’objet de deux prorogations dont la deuxième qui date de 2015 et le maintien en fonction jusqu’à l’installation de nouveau conseillers. Il devient donc impérieux de renouveler le mandat des conseillers des collectivités territoriales au terme du mandat des conseillers communaux afin justement  de rétablir et de renforcer  la légitimité des organes des collectivités territoriales», a expliqué de long en large le ministre Abdoulaye Maïga.

Troisième date à retenir, poursuit le lieutenant colonel Maïga, le dimanche 27 février 2022, il est prévu l’élection du président de la République et des députés de l’Assemblée nationale. Les seconds tours,  le cas échéant, dit-il, sont prévus respectivement,  le dimanche 13 mars 2022 et le dimanche 20 mars 2022. «Les dates proposées s’inscrivent dans le cadre strict du respect de la durée de la transition, c’est-à-dire 18 mois », indique le ministre Abdoulaye. En outre, poursuit-il, «la tenue des scrutins concomitamment  permettra de réduire le goût des élections et éviter de convoquer les électeurs de façon répétitive comme vous le savez, cause justement de la baisse du taux de participation».

Hadama B.  Fofana

Source: Le Républicain- Mali

 

Suivez-nous sur Facebook sur