LE CNT VOTE POUR SUSPENSION DE LA DETENTION D’ISSA KAOU N’DJIM : Les syndicats des magistrats divisés, le président de la Transition attendu pour trancher !

Incarcéré pour ‘’atteinte au crédit de l’Etat et troubles à l’ordre public’’ par le parquet de la commune IV, le 4ème vice-président du Conseil national de la Transition (CNT), l’organe législatif, séjourne actuellement à la Maison centrale d’arrêt de Bamako (MCA), avant le délibéré de son jugement, prévu pour le 03 décembre 2021. Les membres du CNT ont voté une résolution pour demander la suspension de sa détention.Le CNT ne lâche pas son 4ème vice-président, Issa Kaou N’Djim. 101 pour, 07 contre et 03 abstentions, tel est le résultat du vote d’une résolution soumise par une commission ad hoc à la plénière, le jeudi 04 novembre 2021, relative à la suspension de la détention de M N’Djim. A travers ce large vote, le CNT invite le Gouvernement à instruire aux autorités d’enquêtes et de poursuites au respect scrupuleux des lois de la République, notamment en ce qui concerne l’immunité conférée aux parlementaires par l’article 62 de la constitution et demande la suspension de la détention de  Issa Kaou N’Djim.

Dès la fin du vote de cette  résolution, le Syndicat libre de la magistrature (Sylima) et le Syndicat autonome de la magistrature(SAM) ont pondu un communiqué fustigeant la décision. Ils ont appelé au respect scrupuleux de la séparation des pouvoirs, avant de réitérer leur soutien total et massif au parquet de la commune IV.

L’Association malienne des procureurs et poursuivants (Ampp) et la Référence syndicale des magistrats (Refsyma) ne soufflent pas dans la même trompette que le SAM et le Sylima. « Prennent acte de la résolution n° 2021-0001 en date du 04 novembre 2021 du Conseil national de Transition, résolution largement partagée et saluée par des acteurs politiques et les défenseurs des droits de l’Homme au plan national et au niveau international. Relèvent que ladite résolution en réaction des parlementaires à l’incarcération d’un de leurs premiers responsables, qu’ils considèrent comme un mépris à l’égard de leur institution, tendant à faire passer ses membres comme étant en position de faiblesse face à un premier ministre, premier responsable d’un pouvoir de même rang », indique l’Ampp et la Refsyma dans un communiqué rendu public. Avant d’inviter : «  d’une part, le Gouvernement au respect scrupuleux des lois de la République, notamment en ce qui concerne l’immunité conférée aux parlementaires par l’article 62 de la Constitution et ordonne d’autre part la suspension de la détention de Monsieur de Issa Kaou N’Djim, membre du Conseil National de Transition, faisant actuellement office de Pouvoir Législatif du pays ».

 

En tout cas, pour trancher définitivement cette affaire ‘’ Issa Kaou N’Djim’’ qui tend dangereusement vers un bras de fer entre les pouvoirs législatif et judicaire, tous les regards sont désormais fixés sur le Président Colonel Assimi Goïta qui demeure le chef suprême de la magistrature et qui a apposé également sa signature sur les décrets  de nomination des 121 membres du CNT.

Tientigui

Source: Le Démocrate- Mali

Suivez-nous sur Facebook sur