HAUT CONSEIL ISLAMIQUE : Soupçons de gestion financière douteuse

Au haut conseil islamique du Mali (HCIM), les finances sont exécutées dans une opacité à grande échelle. C’est du moins ce que laisse penser, la sortie interposée de deux grands leaders religieux, tous membres du bureau actuel de l’organisation. Le cheik Soufi Bilal Diallo, contrôleur des finances du Haut conseil islamique, et le président de l’organisation, Ousmane Cherif Madani Haidara, guide spirituel des Ancars.

Le contrôleur des caisses de la plus grande organisation musulmane du Mali, Cheik Soufi Bilal Diallo, a brisé le silence face au « flou » criard qui entoure les finances du HCIM. Alors que lui-même chargé du contrôle des dépenses, Cheik Soufi Bilal Diallo dit n’être « au courant de rien en ce qui concerne la gestion des finances de l’organisation ».

Il a, dans une vidéo de moins de dix minutes, évoqué la situation qu’il a maintes fois décriée, en demandant des comptes et justifications à quelques membres du bureau sans l’obtenir.

En tant que président du Haut conseil, Ousmane Cherif Madani Haidara, s’est senti interpellé. C’est ainsi, qu’il a également, dans une autre vidéo, renchérit en disant : « Je ne suis également au courant de rien des finances du haut conseil islamique. Je ne gère pas le compte bancaire, je ne possède pas le chéquier, encore moins je n’en suis signataire » a soutenu le guide des ançars, avant d’ajouter qu’ : « on me présente juste les  charges de certaines dépenses effectuées lors des réceptions des personnalités hôtes et autres. Les dépenses afférentes, me sont simplement présentées. Ensuite ils me demandent de signer et je signe (pour approbation). Après cela, ils partent avec cet état pour retirer l’argent. Mais je ne suis pas là-bas, et je ne sais pas ce qui est mis sur le chèque au moment du retrait » se dédouane Ousmane Madani Haidara. Le guide des ancars, en tant que président de l’organisation s’étonne « J’ai fait part à mon adjoint et à tous les membres du bureau de mon incompréhension de cette situation. Je leur ai demandé de toujours rendre compte » a-t-il indiqué. Mais vraisemblablement, « le bureau du Haut conseil islamique ne peut justifier même un centime des dépenses effectuées » soutient Soufi Bilal Diallo.

« Je ne sais rien de l’état financier du HCI en tant que contrôleur » S’indigne Soufi Bilal également pour sa part.

Il s’agit de plusieurs centaines de millions de Fcfa qui sont ainsi sorties sans justifications au haut conseil islamique du Mali. Une situation, qui mérite des éclaircissements rapides au grand jour et interpelle une mission du vérificateur général dans cette structure qui reçoit aussi l’argent du contribuable.

Ousmane Tangara

 Source: Bamakonews

Suivez-nous sur Facebook sur