Cour d’assises spéciale : Aly Diallo, un évadé, repris et jugé pour terrorisme

Inculpé de « complicité de terrorisme », Aly Diallo, natif de Diakawere, cercle de Niono, âgé de 62 ans, sous mandat de dépôt  depuis le 18 juin 2020, a été condamné par la Cour d’assises spéciale à la réclusion criminelle à perpétuité.

 

Pour rappel, il a été placé sous mandat de dépôt par la justice de Niono en 2016 pour « vol qualifié et faux et usage de faux ». Il s’est évadé lors de l’attaque terroriste contre la prison de Niono, où  93 personnes étaient détenues. Ce jour, 11 détenus ont pris la poudre d’escampette avec les djihadistes. Y compris Aly Diallo qui, selon son dossier, avait rejoint le groupe djihadiste d’Abou Dardar, la Katiba de Macina.

Ensemble, les évadés auraient suivi les combattants jusque dans la forêt de Wagadu, en passant par Diabaly. En effet, selon toujours son dossier, Abou Dardar de la Katiba du Macina était l’auteur de l’attaque. Un groupe qui a comme base arrière  la forêt de Wagadu. Il faisait les petites commissions que le chef lui confiait et fournissait aux terroristes les informations. Il vendait aussi les butins. Après, il a été désigné par le chef, en plus de cinq autres combattants, de conduire une mission dans la ville de Dougabougou. Ils devraient s’attaquer au poste de sécurité de la gendarmerie et de l’usine Sukala et par suite, il fallait coûte que coûte enlever un Blanc qui y sert.

« Je suis vendeur de bétail. J’étais détenu pour une affaire de vol de 4 moutons. Vers minuit, les djihadistes sont venus attaqués la prison. Je suis parti vers Seribala et non dans la forêt », précise Aly Diallo.

À la barre, l’inculpé a nié en bloc. Il a été sommé même par son avocat de dire la vérité, mais en vain. « Je ne suis pas un terroriste », insistera-t-il.

« S’il s’est retrouvé avec les terroristes, c’est suite aux défaillances de nos forces de sécurité », a finalement plaidé son avocat, Me Salifou Coulibaly.

Décision de la Cour: réclusion criminelle à perpétuité et 10 millions de FCFA d’amende. Il doit également payer à l’État du Mali 10 millions de FCFA pour intérêts civils.

Moussa Sékou Diaby

Source : Tjikan

Suivez-nous sur Facebook sur