Commune de Mountougoula : Les vols de deux-roues se multiplient

Les profils les plus exposés au vol sont ceux des hommes ou des femmes généralement trentenaires voire plus, qui conduisent une moto achetée neuve, et qui roulent sur la voie à des endroits peu fréquentés le jour ou tard dans la nuit.Les vols de motos Jakarta restent un phénomène majeur dans la commune de Mountougoula : un deux-roues est subtilisé au moins tous les jours. Dans la plupart des cas, la victime fait l’objet d’un braquage avec une arme au poing ou un couteau.

 

Pour minimiser le risque de vol, un peu de bon sens peut aussi améliorer les choses: si on sait que l’on détient un objet convoité, tel une Jakarta, il ne faut évidemment pas circuler la nuit dans une rue sombre ou peu fréquentée ? Facile à dire qu’à faire m’opposera-t-on ! En ville comme à la campagne, nul n’est à l’abri du vol. Très fréquent en zones urbaines, nous voyons trop souvent des véhicules stationnés sans aucune autre protection que l’antivol de direction. Mais un effort est possible dans ce sens.

Une fois qu’il est volé, le deux-roues a peu de chances de refaire surface. Nombreuses personnes victimes d’un vol n’ont ainsi jamais retrouvé leur moto. Elles ont tout de même racheté un deux-roues suite au larcin. Mais peu de personnes interrogées avouent cependant avoir changé de marque de deux-roues lors du rachat, en espérant ainsi mieux se protéger du vol.Du fait que les motos Jakarta sont très économes en carburant et faciles d’entretien.

Source : L’Informateur

Suivez-nous sur Facebook sur