Jeunesse et Solidarité participative: Quand deux associations juvéniles se donnent la main, pour apporter leur petite pierre à l’édifice national.

Dans un contexte de difficulté de tout genre, qui malheureusement a accentué la pauvreté financière, la logique recommande et nécessite que les populations réfléchissent pour trouver des voies et moyens à cette situation peu reluisante. C’est donc, conscient de cette réalité que l’Union pour la Citoyenneté, la Solidarité et le Développement Local (U.C.S.D.L), en synergie d’actions avec, l’Union des Jeunes pour un Mali Uni et Solidaire (U.J.P.M.U.S), ont décidé d’organiser une activité de masse, devant mobiliser des fonds, afin de faire du social et de l’humanitaire, en amont et en aval.

Notre équipe, informée de cette noble initiative, a approché l’un des initiateurs, en l’occurrence, monsieur Hamidou Farota, non moins, le Président de l’Union des Jeunes pour un Mali Uni et Solidaire (U.J.P.M.U.S) afin d’en savoir davantage sur cette activité socio humanitaire, première du genre dans notre pays.
Selon notre interlocuteur, cette idée est née à la suite de l’inondation, d’il y a quelques années, qui avait affecté les communes I et IV du District de Bamako. À l’époque, leurs deux associations, en plate-forme, avaient mené une collecte de fonds, dans l’optique de venir en soutien aux sinistrés des deux communes.
C’est donc fort de cette expérience, que l’idée leur est venue de mettre en place une structure génératrice de revenus afin de faire du social et de l’humanitaire tous azimuts.
Aussi, après plusieurs années de rencontres, d’échanges avec l’ensemble des associations et organisations de la société civile en étroit partenariat avec les autorités coutumières, religieuses, politiques et administratives, dans le cadre du projet dénommé « Le Bon Voisinage », qu’ils ont muri l’envie d’organiser une Tombola, à visage humain, de la Solidarité et de l’Emploi, qui pourrait profiter à tous, sans exception.
Il s’agira aux dires de monsieur Farota de mobiliser plus d’une centaine de jeunes, comme noyaux autour du projet. Ceux-ci à leur tour, après s’être imprégnés et adhérés à l’initiative, devraient tisser des réseaux comprenant une vingtaine de jeunes chacun qui seront répartis sur l’ensemble du District de Bamako dans un esprit participatif et de proximité.
Concrètement, le Président Farota dira que cette activité permettra tout d’abord, d’occuper ces centaines de jeunes, leur donner un emploi temporaire, qui sera rémunéré en fonction de leur capacité, leur sens de marketing, en termes de placement de ticket de la tombola.
Bref, il énuméra comme suite les objectifs de cette activité qui permettra à plus de 200 jeunes directs ont un emploi temporaire, 2000 autres indirectement et sont tous rémunérés en fonction de leur volume de vente des tickets de la tombola ; 20 personnes ont bénéficié d’une moto taxi lors du tirage à sort et ont un emploi en plein temps ; quelques familles démunies ont bénéficié de vivres, des médicaments, des vêtements et des couvertures à l’approche de la fête de Tabaski; certains centres de santés communautaires ont bénéficié des dons en natures ou en espèces ; plusieurs couches de la population ont bénéficié des accessoires de protection contre la contamination du coronavirus et de créer une structure existe afin de pouvoir d’une manière institutionnelle pérenniser cette activité de solidarité sur l’ensemble du territoire malien et de l’esprit de solidarité est promu entre les membres des mêmes communautés.
Afin de permettre à chaque Malien de tenter sa chance, tout en apportant sa petite pierre à cette activité de solidarité participative, le prix unitaire du ticket est de 500 Franc FCFA.
À la sortie du tirage au sort, sous la supervision de l’huissier de justice assermenté, qui aurait certifié l’activité, plus d’une vingtaine de citoyens bénéficieront d’une mototaxi, marque Boxer-150 chacun.
Les heureux gagnants, du coup, un emploi pérennisé et garanti qui non seulement va diminuer le taux de chômage endémique, permettre à plusieurs personnes d’en tirer profit pécuniaire, mais va aussi et surtout apporter un plus valu à notre économie réelle.
À la question de savoir s’ils ont les moyens financiers et matériels devant permettre à l’organisation structurelle et culturelle de l’activité, très serein et confiant, monsieur Farota dira qu’au Mali, il y a encore des hommes et femmes, sensibles à la souffrance de la population démunie, qui espère-t-il, n’hésiteront pas à mettre la main dans la poche, pour financer cette activité, dans le cadre de la solidarité qui a toujours caractérisé notre pays.
Avez-vous déjà contacté une personne ou une structure de la place ? Face à cette autre question, notre jeune dynamique, président Farota, nous fera savoir que son collaborateur, en la personne de monsieur Tchouma Adama Konaté et lui-même, avec l’approbation des autres membres des deux associations sont en pourparler avec une grande entreprise de construction de la place.
Curieux de savoir le nom de cette entreprise, après quelques secondes de silence, il sortit son téléphone, appela son collaborateur Adama Konaté. « Nous n’avons certes malgré les difficultés inhérentes faites de notre mieux pour apporter notre apport personne, mais, il faut noter que nous sommes en contact direct et indirect avec certains décideurs de l’entreprise de construction Moussa Kéita (E.C.M.K),»a-t-il dévoilé.
Pourquoi, avoir choisi parmi tant d’autres cette entreprise ? « Vous savez, il y a des entreprises qui n’ont d’yeux que pour le gain, c’est-à-dire « business for business », tandis que d’autres, quant à eux, font du social, en tant qu’entreprise éprise d’un esprit civique et citoyen au service des populations démunies et celles nécessiteuses. C’est dans cet état des faits que nous avons jeté notre dévolue sur l’entreprise de monsieur Moussa Keita, que nous avons sollicité son Parrainage et le Sponsoring de l’activité », a-t-il laissé entendre.
La jeunesse, dira-t-il, manque du peu de soutien dans ce monde où la concurrence est rude et quelquefois déloyale. Pour pallier cela, Monsieur Farota croit savoir, qu’il faut cette jeunesse désœuvrée s’organise, elle-même, pour ne pas subir les affres de ces crises multiformes qui l’a conduit dans le sable chaud du désert, au fond des océans, au prix de leur vie.
Pour terminer cet entretien, notre interlocuteur monsieur Hamidou Farota, espère pouvoir lancer la campagne, courant fin de ce mois de juin 2021, dès que les moyens restants seront mobilisés.
Ouf quelle belle noble et humaine initiative de la part des jeunes du Mali en cette période faste, réunies au sein de deux associations, dont l’Union pour la Citoyenneté, la Solidarité et le Développement Local (U.C.S.D.L), et l’Union des Jeunes pour un Mali Uni et Solidaire (U.J.P.M.U.S) ! Nous osons espérer que toutes et tous, maliens d’ici et d’ailleurs se poigneront à cette grande mobilisation, qui à point nommé viendra soulager plusieurs citoyens et familles en cette période très difficile que traverse notre pays.
Zana Konaté

Source: LE COMBAT

Suivez-nous sur Facebook sur