​Mali : une semaine d’activités pour célébrer la liberté de la presse

À l’instar de la Communauté internationale, le Mali célèbre, ce lundi 03 mai, la Journée mondiale de la liberté de la presse. Cette 30è édition avait pour thème national: «Cybercriminalité et liberté de la presse». Cette Journée permet, entre autres, d’écrire la liberté de la presse à travers le monde et de défendre l’indépendance des médias. Pour ce faire, la Maison de la presse (MP) organise du 3 au 7 mai à son siège, des conférences débats et autres activités artistiques.

La cérémonie de lancement desdites activités a été présidée ce lundi par le ministre de la Promotion de la femme, de l’enfant et de la famille, Bouaré Bintou Founé Samaké, représentant son collègue en charge de la Communication et de l’Économie numérique.Occasion pour Mme le ministre de souligner que le thème retenu attire l’attention sur le rôle essentiel que jouent les journalistes libres et professionnels dans la production et la diffusion des informations. Il met un accent particulier sur l’importance de lutter contre les fausses informations et autres contenus préjudiciables, a-t-elle noté, avant de solliciter l’accompagnement de la presse. « Notre gouvernement apprécie votre travail et vous encourage à continuer votre contribution extraordinaire, à la gestion de la situation difficile que traverse notre pays. La réussite de cette transition repose sur votre apport inestimable, au façonnement des esprits à travers vos plumes, caméras et micros», a témoigné. Bouaré Bintou Founé Samaké.

Le président de la Maison de la Presse a annoncé que son équipe, en place depuis le 1er février dernier, mettra tout en œuvre pour assainir la presse malienne. «Rien ni personne ne pourra nous distraire dans l’accomplissement de cette mission historique. N’est pas journaliste qui le veut », a lancé le patron de la MP. Avant d’inviter les autorités de la Transition à faire la lumière sur les disparitions de confrères notamment le cas Birama Touré disparu depuis cinq ans.

Bandiougou Danté a profité de l’occasion pour interpeller les pouvoirs publics sur le non-paiement depuis deux ans de l’aide directe à la presse, le manque d’appui aux organisations faitières pour la mise en place d’outils efficaces d’autorégulation pour anticiper et prévenir les dérapages, etc.

Il a par ailleurs remercié le président de la Transition pour son soutien exceptionnel, d’un montant de 10 millions de Fcfa, destinés au fonctionnement de la Maison de la Presse. Bandiougou Danté a appelé les confrères à faire preuve de responsabilité et de professionnalisme dans leurs faits et gestes.

M. SISSOKO

Source: Essor
Suivez-nous sur Facebook sur