Campagne de lutte contre la cécité 2022: redonner la vue à 2 000 malvoyants

La Maison des aînés de Bamako a abrité, ce jeudi 19 mai 2022, la cérémonie de lancement officiel de l’édition 2022 des campagnes de dépistage et chirurgie gratuite de la cataracte au Mali. Organisée par le programme national de santé oculaire (PNSO), avec le concours financier de la Banque islamique pour le développement (BID), la présente campagne vise, à terme, à consulter 6000 personnes souffrant de la cataracte parmi lesquelles 2000 seront opérées.

 

Les enjeux de ce rendez-vous de 2022 étaient au cœur des échanges entre les hommes de média et le coordinateur national du PNSO, le Pr Lamine TRAORE, qui avait à ses côtés, le Pr Fayira KEITA, membre de l’équipe de campagne.

Dans son propos liminaire, le Pr Lamine TRAORÉ a indiqué que dans le cadre de la stratégie nationale de lutte contre la cécité dans notre pays, le PNSO organise avec l’appui financier de la Banque islamique de développement (BID) et le Fonds de solidarité de la BID une campagne de consultations ophtalmologique suivie de chirurgie gratuite de la cataracte à Bamako, Koutiala, Dioila, Niono, Fana, Ouélessébougou, Nioro, Ségou et Sikasso.

Cette campagne, a-t-il expliqué, se déroulera du 16 au 27 mai 2022 selon le calendrier ci-après : Bamako, du 16 au 27 mai ; Ségou, Koutiala, Fana, Ouélessébougou, du 5 au 16 juin 2022 ; Niono, Sikasso, Dioila, Nioro, du 23 juin au 4 juillet 2022.

Selon lui, ces campagnes seront exécutées en collaboration avec les structures de soins oculaires des districts concernés.

Pour le représentant du ministère de la Santé et du Développement social, Yacouba SANGARE, qui a présidé la cérémonie de lancement, l’objectif de cette campagne est de donner une meilleure qualité de vue à des personnes se trouvant dans cette nécessité à travers la chirurgie de la cataracte.

Au Mali, a-t-il fait savoir, la cécité représente un véritable problème de santé publique. Aussi, a-t-il ajouté, les cécités évitables ont une incidence de 1,2%. De son analyse, si on extrapole cela à la population nationale qui est d’environ 20 millions, nous trouvons qu’il y a au moins 240 000 aveugles à travers le pays, dont la moitié est victime de la cataracte.

Selon lui, cette vulnérabilité est due très souvent au faible accès aux soins de santé oculaire à travers le pays. Une situation qui se trouve, par ailleurs, aggravée par l’insuffisance du personnel qualifié au niveau des structures de santé et qui est également mal répartie.

Raison pour laquelle, le PNSO et ses partenaires ont mis l’accent, depuis un certain moment, sur la formation du personnel. Aujourd’hui, le Mali compte beaucoup de médecins spécialisés en ophtalmologie ainsi que beaucoup d’assistance médicale.

Il ressort de son propos que les journées ophtalmologiques avec chirurgie gratuite de la cataracte organisée avec l’appui de la BID de 2018 à 2021 ont permis d’opérer 2000 cas de cataracte sur toute l’étendue du territoire.

Il ressort des différentes interventions qu’une intervention chirurgicale de la cataracte coûte en moyenne 50 000 F CFA au niveau de nos structures de santé. Une somme qui n’est pas à la portée de la plupart des victimes qui sont essentiellement du troisième âge.

Par Abdoulaye OUATTARA

Source : Info-Matin

Suivez-nous sur Facebook sur