URD: L’héritage de Soumaïla Cissé en danger par la guerre des clans

Le parti de la poignée de main est dans une profonde crise. Le conflit de leadership divise les militants surtout les premiers responsables depuis le décès brutal du chef de file de l’opposition Soumaïla Cissé, non moins ancien président de ladite formation politique. Un clan a déjà organisé son congrès il y a une semaine, alors que l’ancien bureau tient à son agenda et considère ce congrès “nul et de nul effet’’.   

 

Le 16 janvier 2016, les cadres de l’Union pour la République et la démocratie (URD) tenaient un congrès extraordinaire. Celui-ci a consacré l’élection de Gouagnon Coulibaly à la tête du parti comme président.

Le samedi 22 janvier 2022, le bureau dirigé par Salikou a présenté ses vœux de Nouvel An à la presse nationale et internationale. Cette cérémonie de présentation de vœux présidée par le Pr SalikouSanogo, président par intérim du parti, a vu la présence de Mme Cissé Assitan Traoré, l’épouse de Soumaïla Cissé, Mme Diawara Aoua Paul Diallo, M. Ibrahim Ikassa Maïga, Boubacar Karamoko et plusieurs cadres et militants.

Le vice-président, Ibrahima N’Diaye, dit Iba, s’adressant à la salle à travers une vidéo enregistrée, a apporté son soutien au président par intérim, Prof Salikou Sanogo en qui il a salué la sagesse, l’engagement et la fidélité envers feu Soumaïla Cissé. Il a également indiqué que le congrès extraordinaire tenu par certains cadres du parti est nul et de nul effet.

Cette présentation de vœux à la presse était une occasion pour M. Salikou Sanogo pour féliciter les hommes de médias pour l’excellent travail qu’ils fournissent pour la consolidation de la démocratie, réitérer son soutien au secteur et alerter sur des risques que ces hommes encourent quotidiennement.

Le vice-président, Boubacar Karamoko Coulibaly, dans son intervention, a appelé à consolider le parti afin d’honorer la mémoire de Soumi Champion, président fondateur, un homme, dit-il, qui s’est battu pour le Mali.

L’ensemble des cadres ayant pris part à cette cérémonie de présentation de vœux ont montré leur désapprobation contre le congrès tenu par certains cadres, il y a juste une semaine. Cette crise au sein de l’URD, faut-il le rappeler, existe depuis le décès du Président fondateur.

Aujourd’hui, tous les éléments prouvent à suffisance que les ingrédients sont rassemblés pour une véritable implosion du parti avec ce congrès. Rappelons que le dimanche 16 janvier 2022, certains cadres du parti ont organisé un congrès extraordinaire qui a porté Gouagnon Coulibaly à la tête de l’URD, créant ainsi le bicéphalisme.

Ce que plusieurs observateurs craignaient est enfin arrivé. De son vivant, Soumi Champion ne l’aurait imaginé même dans un rêve. L’implosion de l’URD est plus qu’une réalité et désormais, c’est sur le terrain que ces clans composés de cadres se font la guerre. Celui qui réussira le pari de la mobilisation des sections sortira vainqueur de cette bataille fratricide.

Kevin KADOASSO  

Source : LE COMBAT

Suivez-nous sur Facebook sur