Réaction à certaines allégations mensongères circulant sur les réseaux sociaux

Dans un extrait vidéo circulant sur les réseaux sociaux, un individu se faisant passer pour un expert en questions minières et pétrolières a fait des déclarations où il affirme qu’Aliou Diallo aurait, de connivence avec l’Adema-PASJ obtenu frauduleusement ses titres miniers et gaziers, notamment celui de Bourakebougou. Quelques éclaircissements s’imposent :

– Aliou Diallo n’a jamais rien obtenu d’autre sous la Présidence ADEMA du Mali que le permis de Lithium à Bougouni et le permis d’or à Wala dans la région de Kayes et de Sadiola. Au lieu de l’aider en tant que national, les autorités de l’époque l’ont combattu et les deux permis ont été annulés. Il y avait investi plus d’un milliard cinq cent millions CFA avant de se les voir annulés par les autorités de l’époque. D’ailleurs, nous demandons la transparence sur les conditions de réattribution des dits permis à des étrangers.

– Le permis de Bourakebougou (Hydrogène) a été obtenu sous ATT légalement. Sans aucune forme de favoritisme. Au contraire, le bloc a été mis en compétition totale avec des soumissionnaires étrangers. Aliou Diallo et des multinationales se sont disputés les blocs et il a obtenu celui de Bourakebougou sur lequel personne ne croyait qu’il y aurait de ressources naturelles. Il y a cru et voilà que maintenant des farfelus veulent s’autoproclamer nationalistes et défenseurs du Mali.

Les conditions d’attribution des blocs de pétrole et de gaz se trouvent dans le code pétrolier et gazier malien dont le décret a été signé seulement sous IBK bien après l’ère ADEMA à laquelle cet individu fait allusions.

Sur chaque kilomètre carré du permis de recherche, qu’il s’agisse d’une société multinationale ou d’une société appartenant à un national, le montant à payer est le même. Plus encore, la société du President Aliou Boubacar Diallo est la seule à s’acquitter des taxes superficiaires de son permis de recherche depuis son obtention. Toutes les sociétés étrangères ont arrêté de payer depuis 2012 suite à la survenue de la crise malienne. Depuis 2012, elles ont préféré s’abriter derrière la clause de force majeure pour arrêter de payer les taxes superficiaires à l’Etat du Mali. La seule société qui est à jour est celle d’Aliou Diallo. De quel favoritisme parle-t-on donc ?

Celui qui s’est mis à parler de ce sujet sans le maîtriser veut simplement se créer un nom sur la notoriété du Président Aliou Boubacar Diallo. Encore un faux débat et un ramassis de sottises…

Restons optimistes et concentrés !

Cheick Oumar Diallo – COD

Suivez-nous sur Facebook sur