Nouveau gouvernement: les couacs de casting

Le nouveau gouvernement du Premier ministre Choguel Kokalla MAIGA a été mis en place le vendredi dernier. Ce gouvernement dont une série de priorités attend à être relever d’ici la fin de la transition était très attendu par les Maliens. À la découverte des nouveaux ministres la surprise fut grande. Beaucoup de Maliens sont restés sur leur faim. Certains n’ont pas manqué de faire des communiqués pour exprimer leur surprise et soulever des interrogations. À l’analyse de la configuration de ce gouvernement l’on relève des couacs que les nouvelles autorités auraient pu éviter. Ces anomalies vont de la violation de la Charte de la transition à des reconductions surprises en passant par des nominations qui peuvent être considérées comme des promotions après un service rendu. Nous vous livrons une série de couacs que nous avions relevés dans l’équipe du Dr Choguel Kokalla MAIGA.

 

La violation de l’article 11 de la charte
En regardant la configuration du gouvernement du Premier ministre Choguel Kokalla MAIGA, l’on se rend compte que l’article 11 de la Charte a été violé. Normalement ce gouvernement devrait se limiter à 25 ministres. Mais contre toute attente, les nouvelles autorités ont violé l’article 11 de la Charte. Les Maliens ont été surpris de constater cette violation flagrante des conclusions du Dialogue national inclusif et de la Charte de la Transition qui fixent le nombre de ministres au maximum à 25. En tout cas, il faut s’attendre à des saignées financières résultant de cette rupture du consensus sur la taille du gouvernement. Ce qui est inacceptable quand on sait que notre pays traverse une période difficile et que les compteurs sont au rouge.
En effet, l’alinéa 3 de l’article 11 de la Charte de la Transition dispose que : Le Gouvernement de la Transition est constitué de Vingt-cinq (25) membres au plus. Le Gouvernement qui a été mis en place ce vendredi 11 juin 2021 ne viole-t-il pas cette disposition ?
À l’affirmative, disent les pourfendeurs du Président Assimi et de son Premier ministre, si l’ancien Président de la Transition et l’ancien Premier ministre ont été déchargés de leurs prérogatives pour violation de la Charte de la Transition, quid des signataires du Décret N°2021-0385/PT-RM du 11 juin 2021 portant nomination des membres du Gouvernement au nombre de 28 ?
La surprise reconduction de Lamine Seydou Traoré
Ils sont nombreux les maliens qui ont été surpris de voir figuré dans la liste du nouveau gouvernement le nom de Lamine Seydou TRAORE, l’homme au scandale du vocal diffusé sur les réseaux sociaux. En plus de ce scandale du vocal qui a fait le tour des réseaux sociaux mettant sur la scène publique des secrets d’État, cet ancien ministre a montré son incapacité à trouver une solution à la crise énergétique. Et c’est ce même département qui lui a été confié encore. Pour quel résultat ?
Une manière pour dire que les Maliens doivent entreprendre leur mal en patience et que l’électricité en abondance et en permanence n’est pas pour demain ?
C’est un fait qui crève à l’œil, cette année les coupures d’électricité ont atteint un niveau inadmissible dans notre capitale. Malgré les critiques et les interpellations, rien n’a changé.
En plus de son incapacité à trouver une solution à la crise énergétique, il se trouve qu’il y a une plainte contre Lamine Seydou TRAORE. En tout cas, cette reconduction avec tant de scandale à son sujet est un défi pour le nouveau ministre de la justice, Mamoudou KASSOGUE. Est-il besoin de rappeler que le Procureur de la commune 4 avait lancé une procédure le concernant pour une infraction commise alors qu’il avait été mis hors de ses prérogatives de ministre?

Fin de discrimination positive
C’est une remarque qui est un loin d’être anodine. Aucun nom chrétien ne figure sur la liste du nouveau gouvernement. Malgré que le Mali soit un pays à majorité musulmane, l’islam et le christianisme ont toujours vécu dans une parfaite harmonie.
Depuis le temps du Président Moussa TRAORÉ, cette harmonie a toujours été constatée dans la formation des gouvernements successifs. Des chrétiens ont toujours figuré dans les gouvernements au Mali. C’est surprenant de constater que les nouvelles autorités aient foulé aux pieds cette harmonie. Bon, l’essentiel est que ceux qui ont été retenus travaillent pour tous les Maliens dans un pays réconcilié, laïc et prospère.

Nomination du PG désavoué par la Justice
L’ancien Procureur de la République près le Tribunal de grande instance de la commune III en charge du Pôle économique et financier, Mamoudou KASSOGUÉ, est désormais ministre de la Justice.
Cette promotion intervient après avoir été désavoué par la justice dans l’Affaire de déstabilisation de la République dans laquelle les accusés ont été acquittés. Cette promotion est-elle une récompense après avoir fait l’affaire des autorités de la transition dans l’Affaire dite de déstabilisation de la République ?
En tout cas, certains l’analysent sous cet angle si l’on sait qu’il vient d’être désavoué par la justice et promu ministre.
Une occasion pour le Procureur KASSOGUE de se venger ?
L’on ne saurait le dire. Il sera jugé à travers la gestion qu’il fera à la tête du département de la Justice.

Founé Coulibaly, une activiste qui pose problème
Parmi les choix des nouveaux ministres, celle qui occupe désormais le ministère de la Promotion de la femme, de l’enfant et de la famille, Wadidiè Founé COULIBALY, a fait de grands bruits au sein de l’opinion. Cette activiste qui était fréquente lors des manifestations de contestation a été promue ministre. La jeune dame réussira-t-elle à relever le défi au niveau de ce département ?
Déjà, des voix se lèvent pour dire qu’elle ne représente pas les femmes maliennes. C’est à elle de démontrer qu’elle a la capacité de rassembler toutes femmes et de relever les défis. Comme on le dit, à cœur vaillant rien d’impossible.
À notre jeune dame de prouver qu’en plus des manifestations dans la rue, elle a aussi des compétences qu’elle peut mettre en œuvre pour apporter quelque chose au département de la Promotion de la femme, de l’enfant et de la famille. La balle est alors dans son camp et elle n’a pas droit à l’erreur après les propos virulents contre les dirigeants lors de ses nombreuses sorties.

Famille ministérielle Dahirou
C’est un fait, la femme du Général Dahirou DEMBÉLÉ est la nouvelle ministre des Transport et des infrastructures. Rien d’anormal si Mme Dembélé Madina SISSOKO a les compétences nécessaires pour porter plus au niveau ce département. Elle était précédemment Directrice nationale de la formation professionnelle. En tout cas, c’est un plus dans le quota des militaires dans le nouveau gouvernement.
La Corporisation
Ce nouveau gouvernement a fait un clin d’œil aux syndicalistes. Deux figures de proue du monde syndical ont fait leur entré dans le gouvernement. Il s’agit du secrétaire général du Syndicat autonome de la magistrature, Mamoudou KASSOGUE et la secrétaire générale de la Centrale démocratique des travailleurs du Mali (CDTM), SIDIBÉ Dédeou OUSMANE.

Rassemblés par MODIBO KONE

Source : INFO-MATIN

Suivez-nous sur Facebook sur