Mali : Le colonel Assimi Goïta bénéficie du soutien des chefs traditionnels et coutumiers

Le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta a instruit les autorités traditionnelles et coutumières d’expliquer aux populations son combat pour le sens de la rupture, sa volonté de rassembler les efforts pour sécuriser le pays et la redéfinition de nos relations avec certains de nos partenaires.

 

Après leur rencontre, jeudi, avec le Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga, les légitimités traditionnelles et coutumières, venues des 19 régions de notre pays, ont été reçues, vendredi après-midi, dans la salle des banquets du palais de Koulouba, par le chef de l’État.

 

Les hôtes ont réaffirmé au président de la Transition leur soutien pour une prorogation de la Transition et leur souhait de voir revenir la sécurité sur le territoire national avant toute élection. Le colonel Assimi Goïta a chargé les autorités traditionnelles et coutumières de porter son message à l’intérieur de notre pays. D’abord le sens de la rupture. Selon le président de la Transition, la situation difficile que le Mali vit a été favorisée par une accumulation de faits de corruption, de délinquance financière et d’impunité, qui ont progressivement fragilisé l’État.

 

Puis, la volonté de rassembler. Le colonel Assimi Goïta expliquera à ses hôtes que la rupture n’a de sens que si elle ne s’accompagne d’un sursaut national. À ce sujet, il précisera qu’elle n’est pas dirigée contre un individu mais contre des pratiques. « Il incombe donc à ceux qui s’adonnent à ces pratiques de procéder à leur propre examen de conscience afin de freiner le fléau et favoriser le sursaut national », a-t-il conseillé.

 

Ensuite, le chef de l’État a évoqué les efforts déployés pour restaurer la sécurité sur l’ensemble du territoire national, pratiquer une gouvernance vertueuse, organiser des élections transparentes et crédibles, satisfaire les revendications sociales. « Sur ce point, votre guide sera le Programme de l’Action du gouvernement », a-t-il dit à ses hôtes.

 

Enfin, le président de la Transition a axé le quatrième point sur la redéfinition de nos relations avec certains de nos partenaires qui se fera sur la base de la reconnaissance de notre souveraineté sur des sujets spécifiques liés à l’avenir de notre patrie.

 

O. DIAKITÉ

Source : L’ESSOR

Suivez-nous sur Facebook sur