Mali : la CEDEAO vient s’enquérir de l’évolution de la Transition

Une délégation de la médiation de la CEDEAO (communauté économique des États d’Afrique de l’ouest) conduite par Good Luck Jonathan séjourne au Mali depuis dimanche 9 mai 2021. Selon le chef de la mission diplomatique, cette visite de cinq jours vise à s’enquérir de l’évolution de la transition, huit mois après sa mise en place.

 

Dès son arrivée ce dimanche, la délégation a entamé des consultations avec des responsables de la MINUSMA, de l’Union africaine et des représentants de la CEDEAO au Mali. C’était à la faveur d’une réunion du Comité de suivi des décisions de la Conférence des chefs d’États et de gouvernements de la CEDEAO. Cette rencontre a été suivie de celle avec des ambassadeurs des États membres de la CEDEAO accrédités au Mali.
L’ancien président du Nigeria, Good Luck Jonathan, et son équipe se sont entretenus ce lundi avec le Premier ministre et le ministre de l’administration territoriale. Au cours de la même journée, ils ont aussi échangé avec le vice-président de la transition et le président du conseil national de la transition.
Selon le programme de la mission, d’autres rencontres sont également prévues ce mardi dans la journée avec la classe politique, la société civile ainsi que des représentants des groupes signataires de l’accord pour la Paix et la réconciliation.
La mission du médiateur de la CEDEAO sur le suivi de la transition envisage également de rencontrer les leaders religieux et les notabilités coutumières et traditionnelles.
La visite de cinq jours sera bouclée par une séance de restitution au Président de la transition après les différentes concertations.
Des organisations de la société civile saluent cette visite du médiateur de la CEDEAO. Pour elles, cela permettrait d’exhorter davantage les autorités à respecter le calendrier électoral. Par ailleurs, la coalition pour l’observation citoyenne des élections au Mali (COCEM) déplore le rejet de la création d’un organe unique de gestion des élections par le ministère de l’administration territoriale.

Source : STUDIO TAMANI 

Suivez-nous sur Facebook sur