Le premier ministre Choguel K. Maïga au patronat : “La Transition va reposer sur trois piliers sans lesquels elle ne pourra réussir”

Dans sa prise de contact avec les forces vives de la nation malienne, le Premier ministre Choguel Kokalla Maïga s’est rendu la semaine dernière au siège du Conseil national du patronat malien (CNPM). Occasion mise à profit par le chef du gouvernement pour dévoiler au secteur privé la vision des autorités quant à la conduite de la Transition.

 

Accompagné du ministre de l’Industrie et du Commerce, Mahmoud Ould Mohamed, cette rencontre entre le Premier ministre et les patrons du Mali a duré environ 1 h 30 minutes d’horloge. Dans son mot de bienvenue, le patron des patrons maliens, Amadou Diadié Sankaré, a remercié le Premier ministre pour cette visite, moins d’un mois après sa nomination. Cette rencontre, selon lui, est la preuve de leur détermination à poursuivre sans relâche le renforcement de leurs entreprises par la mise en place d’un environnement favorable à la pratique des affaires dans le pays. “Nous sommes des chefs d’entreprise qui ont une ambition pour le Mali. Qui veulent faire du Mali un pays prospère et solidaire, doté de toutes les valeurs morales et possédant une économie compétitive, dynamique et résiliente. Un Mali performant par ses entreprises, son climat des affaires, son environnement social, respectant la propriété privée et garantissant le droit du citoyen à la sécurité de sa personne et des biens”, a soutenu M. Sankaré. Il a réaffirmé toute leur détermination à jouer pleinement leur partition pour la réussite de la Transition.

Prenant la parole, le Premier ministre Choguel Kokalla Maïga a saisi cette occasion pour passer un certain nombre de messages aux patrons maliens, notamment ceux relatifs à la conduite de la Transition. Pour Choguel Kokalla Maïga, la Transition va reposer sur trois piliers sans lesquels elle ne pourra réussir. Il s’agit du pilier sécuritaire, des réformes politiques et institutionnelles et le pilier de la paix sociale pour créer une situation de confiance et de sérénité.

Le chef du gouvernement a affirmé avoir réussi à convaincre la Cédéao par rapport à la conduite de la Transition et ce climat de confiance, qu’il entend créer avec toutes les forces vives du pays, notamment les partis politiques, milieux d’affaires, mais aussi les partenaires du Mali. Egalement, le chef du gouvernement a rassuré l’assistance par rapport à la mise en œuvre de ses réformes majeures dans un cours délai. “Il nous reste environ 8 à 9 mois, à l’issue desquels le président de la Transition et moi ne seront pas candidats aux prochaines élections présidentielles. Aussi, nous allons mettre en œuvre toutes les réformes majeures dans un délai de 3 mois, plus précisément les Assises nationales de la refondation qui auront pour matière première le Dialogue national inclusif”, a soutenu le chef du gouvernement. Ce n’est pas tout. Il a aussi révélé que la mise en œuvre des recommandations des assises nationales de la refondation sera obligatoire pour le prochain président. “Ces recommandations seront la feuille de route du nouveau Mali dont nous espérons tous, et vont nous permettre d’éviter des coups d’Etat à répétition”, a-t-il poursuivi. Il s’est aussi félicité de la réalisation de nombreux progrès depuis leur arrivée aux affaires. “La question de l’organe unique de gestion des élections a été réglée et se trouve désormais derrière nous. Si le gouvernement précèdent a mis 6 mois avant de se présenter au CNT, nous, nous allons le faire dans 6 semaines”, a-t-il précisé.

En somme, le Premier ministre a invité les patrons maliens à prendre part aux assises nationales de la refondation, une occasion qu’ils pourront mettre à profit pour faire part de leurs préoccupations.                                                                   

 Kassoum Théra 

Source: Aujourd’hui Mali

Suivez-nous sur Facebook sur