Issa Kaou Djim, Président de l’ACRT Parti Faso Ka Wele : « L’ACRT parti est pour Assimi Goïta»

Au lancement de l’ACRT Parti Faso Ka Wele, le samedi 19 juin 2021, son président Issa Kaou Djim a donné sa paternité au Président de la Transition, le Colonel Assimi Goïta.

 

« Notre démarche envers le Colonel Assimi Goïta est une conviction. Il est l’arbitre qui doit nous amener à bon port. Nous  soutenons le Président de la Transition pour l’aider à gagner la bataille de la sécurisation du pays, gagner le combat de la refondation du pays, la lutte contre la corruption, les conditions de réformes nécessaires pour des élections saines crédibles et pour que l’ACRT gagne ces élections de façon transparente », a lancé d’entrée de jeu Issa Kaou Djim. Selon lui, l’ACRT Parti Faso Ka Wele est celui d’Assimi Goïta. « Le jour où je me suis levé pour réclamer qu’Assimi soit le Président de la Transition, je ne l’ai pas fait de moi-même. Aujourd’hui il est le Président de cette Transition», clame-t-il.

A ses dires, le nouveau parti est la vision et le leadership d’Assimi Goïta. Il invite celui-ci à rompre avec la vieille génération politique dont il a dénoncé le manque de visibilité et de loyauté politique. « Ces mêmes hommes politiques qui sont avec Assimi ou qui demandent à être avec lui ont été de tous les régimes au Mali de Moussa Traoré à Alpha Oumar Konaré en passant par ATT, IBK même avec Amadou Haya Sanogo, pour qui se prennent-ils alors ?», a dénoncé M. Djim. La démarche de l’ACRT parti Faso Ka Wele, à en croire son président, est de « rompre définitivement avec les politiques de 1991 ».

Issa Kaou Djim, président de l’ACRT Parti Faso Ka Wele et membre au Conseil national Transition (CNT), a placé la mobilisation de ses troupes le samedi dernier dans le cadre d’une Assemblée constitutive de son nouveau parti. Il a promis à ses militants des démarches les prochains jours en vue de l’obtention de leur récépissé au ministère de l’Administration territoriale et des Collectivités locales.

Abdrahamane Dicko

Source : Mali Tribune

Suivez-nous sur Facebook sur