Fare An ka wuli : Le 1er vice-président Souleymane Koné démissionne

Alors que le parti FARE s’active pour préparer les prochaines élections, son 1er Vice-président annonce sa démission de toutes les instances et structures. Cette décision, prise après deux ans d’attente, serait motivée par l’attitude du président du parti et sa gestion qui tend à marginaliser des cadres.

 

Dans sa lettre de démission, datée du 22 avril dernier, l’ex-ambassadeur du Mali en Mauritanie, Souleymane Koné, explique qu’il attendait le deuxième congrès ordinaire pour informer la Direction sortante et les militants de son retrait. Selon lui, ce congrès tarde à se tenir, en violation des statuts et règlement intérieur du parti. Toute chose qui l’aurait mis dans l’obligation d’adresser cette lettre au président du parti pour lui  » notifier sa démission, avec effet immédiat, de toutes les instances et structures du parti « .

Ce cadre, ayant œuvré pendant cinq ans à préserver l’intégrité morale du parti et son premier responsable, reproche au président du parti d’avoir ignoré, marginalisé, voire humilié les cadres et responsables pendant la dernière présidentielle.  » Ils (cadres et responsables) ont été totalement écartés de toutes décisions concernant la marche de la campagne et vilipendés par le Président lui-même et son équipe informelle, sortie de nulle part, et sans concertation au sein du Parti « , a affirmé Souleymane Koné dans sa lettre de démission.

Cette attitude de l’ex-Premier ministre serait, selon lui, à la base de l’échec du parti FARE. Cela, poursuit-il, même si on reconnait que les élections ont été totalement tronquées.  » De l’échec de sa candidature à l’élection présidentielle passée, le Président du Parti n’en tire aucune leçon. Pire, il a installé un climat tendant plutôt à culpabiliser les cadres du parti « , a fustigé le désormais ancien Vice-président des FARE, accusant le président d’avoir conduit le parti au désastre dans lequel il se trouve depuis la présidentielle.

 » Apres l’échec de la présidentielle et des législatives qui ont suivi, la déloyauté a continué dans la démarche solitaire du Président du Parti, dont la caricature a été donnée par la mise en place d’une prétendue plateforme dénommée  » Pacte pour la Refondation du Mali « , dans la création duquel, les instances du parti sont encore totalement ignorées « , a-t-il révélé. S’y ajoutent, enfonce-t-il, des  » tentatives de rapprochement avec IBK et les manipulations «  qui avaient dénaturé l’indépendance des FARE et rendu illisibles ses démarches et prises de position face à l’opinion.

En conséquence, déclare-t-il,  » il m’a été impossible de continuer à travailler dans le contexte ainsi décrit avec le premier responsable des FARE, qu’il mène à la dérive, au gré de ses humeurs et surtout qui obstrue le développement de toutes autres initiatives de construction du parti ne venant pas de lui ou de son cercle d’obligés « . Sa démission intervient au moment où le parti a besoin de se renforcer pour aborder les prochaines élections, annoncées pour 2021 et l’année prochaine.

Moussa Sayon CAMARA

Source: l’Indépendant

Suivez-nous sur Facebook sur