Wagner au Mali ? : L’Estonie va retirer ses troupes du pays si le gouvernement travaille avec la société privée russe

L’Estonie qui a déployé une centaine d’hommes en soutien à l’opération Barkhane, conduite par la France au Sahel, menace de retirer ses forces si le Mali s’engage à coopérer avec le groupe militaire Wagner. « Je suis convaincu que si un accord de coopération est conclu avec le groupe Wagner et que l’armée privée Wagner commence à opérer au Mali, le contingent estonien s’en ira », a déclaré à la chaîne publique estonienne Vikerraadio, le ministre estonien de la Défense, Kalle Laanet.

L’annonce d’un possible accord entre les autorités maliennes et  la société russe privée Wagner inquiète la CEDEAO, l’Union Européenne, les autorités françaises et allemandes… La CEDEAO a dénoncé la volonté des autorités de la transition malienne d’engager des compagnies de sécurité privées au Mali. Réunis pour évaluer l’évolution de la transition malienne au Ghana, le jeudi dernier, les chefs d’État de la CEDEAO ont dénoncé fermement la volonté des autorités de la transition d’engager des compagnies de sécurité privées au Mali. La CEDEAO dit être préoccupée par les conséquences certaines sur la détérioration de la situation sécuritaire au Mali et dans l’ensemble de la région.

La France et l’Allemagne menacent aussi de retirer leurs militaires engagés dans la lutte contre le terrorisme au Mali si les autorités maliennes passent de tels accords avec le groupe Wagner .

Selon Annegret Kramp-Karrenbauer, la ministre allemande de la Défense, la conclusion éventuelle d’un accord entre les putschistes au pouvoir au Mali et la société russe privée Wagner « remettrait en cause » le mandat de l’armée allemande au Mali.  « Si le gouvernement du Mali passe de tels accords avec la Russie, cela contredit tout ce que l’Allemagne, la France, l’Union européenne et l’ONU ont fait au Mali depuis 8 ans », a tweeté, la ministre allemande de la Défense. Le ministre des affaires étrangères de la France Jean Yves Le Drian avait déclaré, devant la commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale de son pays, qu’une implication de la société privée russe  Wagner au Mali serait « incompatible » avec le maintien d’une force française. Dans sa réplique, dans un communiqué, le gouvernement malien «  s’étonne et s’interroge sur ces allégations basées uniquement sur des rumeurs et des articles de presse commandités s’inscrivant dans le cadre d’une campagne de dénigrement de notre pays et de diabolisation de ses dirigeants. » Toujours selon le même communiqué, «  le gouvernement rappelle que dans l’accomplissement pleine et totale de sa souveraineté et dans le souci de préserver son intégrité territoriale et le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures des autres états, il ne permettra à aucun État de faire des choix à sa place et encore moins de décider quels partenaires il doit solliciter ou pas. »

Selon l’agence Reuter, les autorités maliennes sont proches de conclure un accord avec la société militaire privée russe Wagner, ce qui permettrait à Moscou d’étendre son influence en Afrique de l’Ouest. Selon Reuters, les mercenaires russes seraient chargés de former les militaires maliens et d’assurer la protection de certains hauts dirigeants maliens. Elle précise que le groupe de sécurité Wagner gagnerait mensuellement 6 milliard de francs CFA par mois pour son travail.

M.K. Diakité

Source: Le républicain 

Suivez-nous sur Facebook sur