Affaire Issa Kaou N’Djim : Le grand embarras !

Pour la situation du bouillant membre du CNT placé sous mandat de dépôt et dont le jugement a renvoyé en décembre prochain, c’est l’embarras dans les rands des soutiens politiques et militaires de la Transition.

 

Pour cet autre membre du CNT, qui n’a pas sa langue dans la poche, Aboubacar Sidiki Fomba, il ne faut pas lâcher Issa Kaou N’Djim « en plein vol » , comme le dirait le Premier ministre Choguel Maïga. « Non, nous n’allons pas travailler à soutenir Issa Kaou Djim contre la loi parce qu’il est l’un des nôtres. La commission va enquêter sur les propos tenus par l’accusé pour savoir s’il n’outrepasse pas les textes, qui régissent le conseil national de la transition. A terme, une décision sera prise pour éviter que ce genre de situation ne se produise », a-t-il expliqué.

Pour un haut cadre du M5-RFP, cette procédure judiciaire contre Issa Kaou N’Djim est « une atteinte à la liberté d’expression et d’opinion. C’est un recul démocratique grave… Il faut travailler à le libérer dans les meilleurs délais », a-t-il confié requérant l’anonymat.

Plusieurs membres du CNT sont favorables à la levée de l’immunité parlementaire du président de l’ACRT. « On n’a pas besoin d’une telle commission ad hoc, parce qu’on n’a pas été élu », déclare une autre membre.
« Il faut le radier. Trop, c’est trop », tempête un membre du CNT, qui a assisté à la plénière de huis clos sur la mise en place de la commission ad-hoc. Il ajoute qu’Issa Kaou Djim veut déstabiliser la transition. « Dans cette vidéo, il ne s’attaque pas seulement au Premier ministre, mais indirectement au Président de la transition. Il outrepasse les limites de la liberté d’expression », a-t-il confié. Il faut préciser le CNT a proposé que le chef de la Transition abroge le décret de nomination de l’inculpé pour « propos subversifs », puis « flagrant délit d’atteinte au crédit de l’Etat et trouble grave à l’ordre public ». Le Colonel Assimi Goïta va-t-il abroger le décret de nomination de l’un de ses fervents défenseurs, qui le qualifie fièrement d’imperturbable patriote » ? Peut-être pas ! En attendant  le délibéré, prévu le 3 décembre prochain, Issa Kaou Djim séjourne à la Maison centrale d’arrêt de Bamako Coura.

Bruno D S

Source : Mali Horizon

Suivez-nous sur Facebook sur