20e anniversaire: les Tisserands à l’épreuve de la cohésion

Le Parti Rassemblement pour le Mali (RPM) a tenu le samedi dernier, au Centre international de conférence de Bamako (CICB), sa conférence des cadres à l’occasion de son 20e anniversaire. La réunion a été l’occasion pour certains responsables de l’ancien parti présidentiel d’appeler à l’union et à la cohésion sociale ébranlées depuis quelques années.

 

La rencontre était présidée par le Président Bocary TRETA, en présence de plusieurs cadres, responsables et militants du RPM.
L’objectif de la conférence était de commémorer les 20 ans de la création du Rassemblement pour le Mali (RPM), mais également de se prononcer sur l’actualité politique et sociale du Mali.
A cet effet, trois communications étaient à l’ordre du jour : « Regards croisés sur le discours d’investiture du Président de la Transition, l’intervention liminaire du Premier Ministre lors du 1er conseil de cabinet du gouvernement et les orientations du Président de la Transition lors de son premier conseil des ministres » ; « Défi sécuritaire en lien avec l’Accord pour la paix et la réconciliation, issu du processus d’Alger et le temps imparti à la Transition en cours ». Et le 3e thème était : « Les Elections générales et les Réformes politiques et institutionnelles réalisables dans le temps imparti à la transition ».
Dans son discours à la conférence, le Président TRETA a montré la nécessite de tenir ces discussions et échanges parce que la nation malienne s’interroge fortement sur les voies de sortie de la crise que connaît notre pays et globalement sur son avenir.
« Les débats actuels sur la conduite de la transition en sont des indicateurs assez révélateurs pour jauger la complexité et la profondeur des interrogations, mais aussi la fragilité et la précarité de la situation socio-politique, sécuritaire, sanitaire et alimentaire dans notre pays », a insisté Bocary TRETA.
En plus de faire un débat sur le sort du pays, cette journée de commémoration doit être une occasion pour le RPM, 20 ans après sa création, de faire une analyse approfondie de son parcours à travers le prisme de ses forces et faiblesses, de ses succès et de ses échecs.
Même si le régime du parti a été balayé par le coup d’Etat du 18 août 2020 pour avoir favorisé la mauvaise gouvernance, le président TRETA estime que tout n’a pas été négatif. Depuis, le parti vit une période cruciale de son histoire. En son sein, des démissions s’enchainent à cause de frustrations. Ce qui implique que le parti doit relever de nombreux défis auxquels les militants devront faire face, a interpelé le Président TRETA.
Il s’agit, selon lui, des défis du : retour aux valeurs fondatrices et aux principes de base du parti ; du renforcement de l’unité et de la cohésion interne du parti ; du financement durable et de la relance des activités du parti ; de la reconquête de son statut de parti majoritaire ; de la définition d’un nouveau périmètre d’alliance dans le cadre de l’alliance « Ensemble Pour le Mali », voire au-delà ; de l’accompagnement intelligent de la Transition politique et civile de 18 mois conformément à la Charte de la Transition.
De son côté, l’ancien président de la 6e législature, Moussa TIMBINE, pour l’une de ses rares sorties officielles, appelle le parti à la tenue d’une rencontre pour évaluer ses 20 ans sans aucune complaisance. Cela, pour tirer les conclusions et réorganiser le parti et le remettre en ordre de bataille en prélude aux échéances futures.
« D’ici là, il y a vraiment un travail à faire. Il faut un vrai débat au sein du parti pour faire face au manque de cohésion et unir l’ensemble des militants du parti », a déclaré Moussa TIMBINE.
Selon lui, il y a eu des dérapages dont il faut situer les responsabilités afin que ses auteurs puissent faire leur mea-culpa afin de permettre au parti de faire face à l’avenir.
«A tous les niveaux, il y a eu des problèmes, des incompréhensions. Il s’agit aujourd’hui d’affronter avec courage ce passé », a conclu le responsable politique du bureau des jeunes du RPM.

Par Sikou BAH

Source : INFO-MATIN

Suivez-nous sur Facebook sur