Au cours d’un meeting tenu, hier, devant le Cabinet du Chef de file de l’Opposition: Des jeunes de l’URD rejettent l’adhésion de l’ex-Premier ministre Boubou Cissé

L’adhésion à l’Union pour la République et la Démocratie (UDR) de feu Soumaïla Cissé et l’élection du dernier chef de gouvernement d’IBK au poste  de Secrétaire aux questions économiques de la section de Djennéont été rejetées par des jeunes du parti. C’était lors d’un meeting tenu, hier jeudi 8 juillet, devant le Cabinet de Chef de file de l’Opposition, sis à Badalabougou. Ces jeunes se sont ainsi exprimés :  » face au danger de l’éclatement du parti et de sa balkanisation, nous exigeons une session extraordinaire du BEN afin de statuer et suspendre le processus d’adhésion de Boubou Cissé « .

Depuis son élection, le samedi 26 juin dernier, au poste du Secrétariat aux questions économiques de la section URD de Djenné, après son adhésion au parti, une zizanie semble s’être installée entre les militants et sympathisants de la plus grande formation politique. D’où la tenue de ce meeting des jeunes du parti.

 » Nous jeunes, femmes et hommes, militants et sympathisants de l’URD, avons appris avec tristesse l’adhésion par surprise et en catimini de l’ancien Premier ministre du régime défunt, M. Boubou Cissé à la section de Djenné en qualité de Secrétaire aux affaires économiques « . Et d’ajouter :  » nous précisions d’emblée n’avoir rien contre la personne de M. Boubou Cissé. Mais notre devoir est de préserver l’héritage de Feu Président Cissé et des valeurs prônées de son vivant, de porter nos doléances de manière respectueuse et responsable au Bureau Exécutif National (BEN) « .

C’est pourquoi, ces jeunes ont interpelé le 1er Vice-président du parti, Pr Salikou Sanogo, en lui disant ceci :  » Face au danger de l’éclatement du parti, à sa balkanisation et au tribalisme qui transparaît également, et dans le souci de la préservation des valeurs et des principes qu’a insufflés feu le Président Soumaïla Cissé dans l’ADN de notre mouvement, nous exigeons une session extraordinaire du BEN « .

Raisons soulevées de son rejet

Cela pour décider, selon les rassembleurs,  » sans délais, de la mise en place d’une commission d’enquête indépendante pour situer les responsabilités des acteurs qui sont derrière ce macabre plan clandestin destiné à tuer l’URD « . Aussi, de prononcer les sanctions qui s’imposent, conformément aux dispositions Titre V Discipline articles 70, 71 et 72 du Règlement intérieur, à l’endroit de leurs auteurs. Et de rendre publiques les conclusions de cette enquête, en informant les militants et d’en tirer tous les enseignements qui s’imposent.

Les jeunes indiquent également que cette session extraordinaire du BEN sera une occasion de  » statuer et suspendre le processus d’adhésion de Boubou Cissé initié par la section de Djenné et de prononcer son exclusion du parti, où il ne saurait dans les circonstances actuelles être le bienvenu « .

Ils poursuivent qu’ » en l’absence de décisions prises par le BEN dans les meilleurs délais, nous jeunes, femmes et hommes de l’URD n’hésiterons pas à entreprendre toutes les démarches utiles de mobilisation y compris par voie de recours à la justice contre ces actes de corruption politique qui créent de véritables préjudices à notre parti et mettent en péril son avenir « .

Les raisons évoquées par les jeunes du parti sont essentiellement relatives au fait que Boubou Cissé est l’un des responsables de la violente répression des 10, 11 et 12 juillet 2020, au cours desquelles 23 membres du M5-RFP ont trouvé la mort.

 » Ce nouvel adhérent de Djenné a des intentions claires mais il échappera difficilement aux poursuites judiciaires qui arriveront, tôt ou tard, et dont la satisfaction est un des points majeurs des revendications du M5 « , ont-ils conclu.

Daouda SANGARE

Source: l’Indépendant

Suivez-nous sur Facebook sur