Blanchiment de capitaux autour des contrats militaires maliens : La Centif décèle des virements suspects opérés par Arouna Thiam de Paramount group

La Cellule nationale de traitement des informations financières (Centif) avait révélé dans un de ses rapports que des virements avaient été réalisés, du 30 septembre 2015, par Arouna Thiam au nom de la société sud-africaine Paramount group vers le compte Diamond Bank Sénégal numéro 00330401232101499012. Ainsi, il nous revient qu’à la suite d’une information judiciaire, lesdits fonds provenant des virements jugés suspects ont été gelés.

Rappelons que le scandale des soupçons de fraudes dans l’acquisition des équipements militaires avait éclaboussé l’armée malienne et fragilisé par ricochet le régime de IBK. Il s’agissait, notamment, de l’affaire de surfacturation des équipements acquis dans plusieurs contrats militaires.

Parmi les marchés en cause, figurait celui relatif à la fourniture de véhicules blindés maraudeurs et de pièces de rechange, conclu avec l’entreprise sud-africaine Paramount groupe, d’un montant de près de 60 millions de dollars, soit environ 35 milliards de Fcfa.

Il ressort également que selon l’échéance indiquée, un versement d’une avance de 20% du montant du contrat, soit près de 7 milliards de Fcfa, devrait être mis dans un compte séquestre sous 14 jours après la date effective du contrat. Quant au reliquat, il lui était payable en trois versements annuels, au 1er trimestre de chacune des trois années à venir à hauteur de 30%, soit plus de 10 milliards de nos francs pour les deux premières années et 20% de la valeur totale du contrat à la troisième année.

En contrepartie, Paramount assurait les livraisons du “matos”, à Bamako, qui devait se faire dans un délai maximum de 15 mois. Mais, en analysant la convention, les vérificateurs maliens ont révélé que la garantie de bonne exécution était absente. Pire, il n’y avait pas de référence d’imputation budgétaire dans le dossier, ni de preuve d’habilitation du signataire et aucune information relative à l’inscription au registre de commerce et du crédit mobilier.

Plus grave, dans le tableau de situation d’exécution des contrats, ils ont identifié la somme de 35 399 259 739 Fcfa comme étant la valeur du marché. Ils n’avaient pu confirmer le taux de changement indiqué dans le contrat qui devait permettre de faire la conversion à la date de sa signature. Par conséquent, la valeur ainsi recalculée s’élevait à 34 948 972 064 Fcfa d’où un écart de 450 millions de Fcfa.

Il convient de noter que cette affaire n’est que la face visible des activités suspectes de Paramount group et de son président, le controversé marchand d’armes, Ivor Ichikowitz.  Ce dernier apparaissait déjà dans les fuites de dossiers du Trésor américain baptisées ” Fincen files ” par le Consortium international des journalistes d’investigations.

Précisons que la même année de signature du contrat au Mali, la filiale de la banque Barclays à New-York avait signalé plusieurs transactions suspectes depuis des comptes détenus à Chypre et à Dubaï par Paramount Logistics Corps, une filiale de la société Paramount group.

Depuis, les virements réalisés par Paramount group vers Diamond Bank Sénégal sont au cœur d’une information judiciaire ouverte par le parquet de Dakar qui a fait bloquer les fonds virés.

Notons qu’au cours des auditions, Arouna Thiam, gérant et directeur d’ATP Sarl, a affirmé être un mandataire pour le développement des affaires de Paramount au Mali. En effet, deux virements notamment de plus 140 millions Fcfa et de près de 100 millions Fcfa ont été reçus sur le compte signalé, les 19 et 28 janvier 2018, en provenance de la société sud-africaine active dans les secteurs de la défense, de la sécurité intérieure et “du maintien de la paix”. 

Interpellé par la Cellule nationale de traitement des informations financières (Centif), Arouna Thiam a laissé entendre que les fonds seraient les paiements des acomptes sur un marché de près de 600 millions Fcfa, entre l’État malien (sous IBK) et Paramount group pour l’acquisition d’équipements destinés à l’armée, la police et la gendarmerie.

Le protocole d’accord présenté par Thiam, pour se justifier, n’a pas convaincu la Centif car le document ne renseigne ni sur la détermination du prix ni sur les modalités de paiement et éventuellement une clause de révision de prix entre Arouna Thiam et Paramount group.

Qui plus est, le montant total des virements reçus sur son compte en ce moment était égal à 212.353-507 Fcfa, soit 40% du montant global du marché dont il était question (532 millions de Fcfa). Ce qui prouve que Thiam est le bénéficiaire effectif des fonds car une partie de l’argent a fait l’objet de plusieurs retraits par guichet automatique.

A la suite du signalement de la Centif, les fonds en cause ont été bloqués depuis le 22 décembre 2020, à la suite d’une information judiciaire ouverte contre Arouna Thiam et X pour association de malfaiteurs et blanchiment de capitaux. L’affaire est pendante dans un cabinet du tribunal hors classe de Dakar. Les nouvelles autorités maliennes tiennent peut-être, au Sénégal, une piste concernant la perception des commissions occultes sur les contrats militaires dont on accusait IBK et ses proches.

Boubacar PAÏTAO

Source: Aujourd’hui-Mali

Suivez-nous sur Facebook sur