Droits humains au Mali: inverser la tendance pour « garantir la crédibilité » de la transition

Les autorités maliennes doivent inverser la tendance quant aux violations des droits humains pour « garantir » leur « crédibilité », affirme l’ONG Human Rights Watch qui dénonce mardi des détentions illégales, des restrictions de la liberté d’expression et des disparitions forcées.

« Les autorités maliennes doivent inverser cette tendance afin de garantir la crédibilité de la transition politique », a déclaré mardi Jehanne Henry, chercheuse à HRW, dans un communiqué recensant les récentes violations des droits humains au Mali. HRW dénonce les « détention et harcèlement de critiques présumés » des autorités de transition dominées par les militaires après deux coups d’Etat complémentaires (2020, 2021). Parmi ces critiques, souligne HRW, figurent Etienne Fakaba Sissoko – un économiste arrêté en janvier après des « propos prétendument subversifs » – et Oumar Mariko – homme politique « détenu près d’un mois » après avoir critiqué le Premier ministre Choguel Kokalla Maïga et qui « vit dans la clandestinité depuis avril ». Fily Bouare Sissoko et Mahamadou Camara, respectivement ancienne ministre et ancien directeur de cabinet du président, inculpés dans une affaire de corruption qui remonte à 2015, sont détenus depuis août et septembre 2021 sans procès, continue l’ONG. HRW a également recensé les différentes entraves à la liberté d’expression depuis que les militaires sont au pouvoir: expulsion d’un journaliste français du média panafricain Jeune Afrique pour défaut d’accréditation, suspension de délivrance des accréditations pour les correspondants étrangers, « harcèlement » par des « commentateurs en ligne » de critiques du pouvoir… « Il est devenu plus difficile d’inviter des personnes s’exprimant librement à des débats publics », constate l’ONG. Cette « répression des médias et les détentions de critiques ont eu un effet glaçant sur la vie politique et l’espace civique », complète Jehanne Henry dans le texte. HRW s’inquiète également du sort de sept militaires arrêtés mi-mai, accusés d’avoir « fomenté un coup d’Etat ». Bamako n’a fourni « aucun information sur l’état de santé des hommes ni sur le lieu où ils se trouvent », ajoute l’ONG évoquant des « disparitions forcées ». Le 6 août, poursuit HRW, Bamako a répondu par écrit à l’ONG en « réaffirmant leur engagement pour les droits humains (…) mais en ne faisant aucune mention des conclusions » du communiqué. Les militaires au pouvoir au Mali arguent d’une souveraineté retrouvée et d’une volonté de « refonder » l’Etat malien. Mais « parvenir à une société démocratique », rappelle HRW, « implique de garantir le respect des droits humains et des libertés fondamentales ».

AFP

Suivez-nous sur Facebook sur