Rumeurs sur la rétention du coton par les paysans : «Ceux qui l’ont dit à Bamako, cela n’engage qu’eux. » dixit le PDG de la CMDT Dr Nango Dembélé

Du 31 novembre au 2 octobre, le PDG de la Compagnie malienne des textiles (CMDT), Dr Nango Dembélé, à la tête d’une importante délégation composée du directeur des ressources humaines, Abdoulaye Cissė, du directeur de l’industrie, Moussa Yattara et du représentant de la production agricole, Sorry I. Ly, a effectué une visite dans les filiales cotonnières nord-est et centre. Objectif : constater l’état d’avancement de la campagne de commercialisation et d’égrenage du coton. Il a profité de cette tournée pour répondre à ses détracteurs.

Le PDG et sa délégation ont également visité un marché de coton, notamment dans la ZPA de Touna B, précisément dans le village de Néguéna où il a donné le coup d’envoi de la récolte d’un champ de coton. Ils sont également passés par l’Office de classement de coton (OCC), un laboratoire dont la fonction est de déterminer la qualité des fibres du coton après l’égrenage.

À l’issue du périple, le patron de la CMDT s’est réjoui de constater une reprise effective de la culture du coton, conformément aux attentes des autorités de transition. « Tout ce que nous avons vu aujourd’hui nous donne de l’espoir pour cette campagne », a-t-il confié, en exprimant son « plaisir de retrouver les gestes d’une enfance. »

Le PDG s’est par ailleurs réjoui d’avoir plus d’un tonne de coton graines à l’hectare, aux termes du comptage et les contrôles statistiques, une première depuis des années.

 Une bonne campagne de commercialisation en perspective…

  La campagne d’égrenage est effective dans les filiales du Nord-Est et du Centre, avec un début réconfortant et prometteur. Voilà entre autres l’impression du PDG, au sortir de l’Office de placement, qui veille sur la qualité du coton. «Les premiers échantillons nous donnent un taux de 97% supérieur à toutes les campagnes précédentes de la CMDT. Si cela continue, nous aurons une très bonne campagne en perspective », a-t-il mentionné. Optimiste par nature, Dr Nango s’apprête également à battre le record jusqu’ici détenu par la société qu’il dirige.

Par rapport à la commercialisation, la CMDT, selon son PDG, a pris toutes les dispositions pour payer à temps l’argent des producteurs. «Aujourd’hui, nous avons pratiquement bouclé les besoins de financement de la présente campagne. Il nous reste à affiner l’outil industriel pour nous assurer un bon début d’égrenage et une bonne commercialisation tant au niveau du producteur qu’à l’export », a expliqué le Dr Nango Dembelé.

La clé de cette production, à ses yeux, réside dans l’accompagnement de la CMDT par le gouvernement d’accompagner. En plus d’un bon encadrement et la mise à disposition des moyens de production aux producteurs, la subvention a été maintenue et le prix du Kilogramme du coton-graine ramené à 280 Fcfa.

Dr Nango Dembélé à propos des rumeurs de rétention du coton par les producteurs : «On aura le résultat à la fin de l’égrenage»

 Par rapport à la rumeur de rétention du coton-graine par les producteurs, le PDG de la CMDT estime que la réponse est venue de Koutiala. En effet, des paysans et chefs de villages, venus des régions de Koutiala, San, Sikasso, Dioïla et Kita, ont récemment tenu un meeting pour affirmer dire que ce sont eux qui ont prise sur la production du coton et sont disposés à la vendre à la CMDT. Aux yeux de Dr Nango, ce serait étonnant qu’un paysan, qui a pris des intrants pour cultiver du coton à un prix historique, puisse refuser de donner du coton à la CMDT. «Ceux qui l’ont dit à Bamako, cela n’engage qu’eux. Les paysans, en tout patriotisme, ont pris leurs responsabilités et la CMDT n’a aucun souci, aucune inquiétude par rapport à cela», a rassuré le PDG avant d’expliquer que son administration poursuit son travail avec sérénité. Et de promettre que le résultat sera au rendez-vous à la fin de l’égrenage, coupant court aux rumeurs. La CMDT n’a eu écho d’aucun cas de refus de coton depuis le démarrage de l’égrenage à Koutiala et Fana, a-t-il laissé entendre sur le sujet. Toutes choses confirmées par le chef secteur de la CMDT de Bla, Mohamed Diarra, selon qui à Neguela, sur 140 tonnes de coton-graine prévues plus 77 tonnes ont été cheminées vers l’usine de d’égrenage de Koutiala.

Et Yacouba Fomba, un cotonculteur de Marela, d’enchaîner en martelant que  les producteurs de coton du secteur de Bla ne se sont pas concernés par le mot d’ordre donné par rapport à la rétention de coton.

Avec Bill Carson

L’Enquêteur

Suivez-nous sur Facebook sur