Promotion de l’élevage dans la zone Office du Niger : Le Conseil Régional de Ségou et l’Office s’engagent à aménager 73 134 ha

Fruit d’une fructueuse collaboration entre le Conseil régional de Ségou et l’Office du Niger avec l’appui du Projet d’appui au Développement des territoires ruraux de Tombouctou et Ségou (PADER), le projet vice à contribuer au développement économique régional de façon générale et la filière bétail/viande en particulier. Sa mise en valeur de la zone permettra de diversifier les activités agricoles à l’Office du Niger et aura un impact positif sur les conditions de vie des pasteurs et des agro-éleveurs de la zone d’intervention du projet.

 

Pour officialiser ce partenariat, la salle de conférence du gouvernorat de Ségou a servi de cadre ce mardi, 27 juillet 2021 à la signature de la convention de cession de 75 000 ha du projet d’aménagement des périmètres pastoraux de Daouna dans la zone Office du Niger. C’était en présence du ministre délégué auprès du ministre du Développement rural, chargé de l’élevage et de la pêche,  Youba Ba, le Président Directeur Général de l’Office du Niger,  Abdel Karim Konaté, le président du Conseil régional de Ségou, Siaka Dembélé, le maire de la commune urbaine de Ségou,  Nouhoun Diarra ainsi les représentants des partenaires techniques et financiers.

Dans son mot de bienvenue, le maire a salué le leadership et la détermination du Président du Conseil régional de Ségou autour de ce projet Daouna que nombre de personnes considéraient comme chimérique.

‘’Que dire de l’esprit de collaboration, de la dextérité managériale et de la ferveur patriotique du PDG de l’Office du Niger décidé à ne rien ménager ni de son temps ni de ses moyens pour booster le développement intégré de la zone Office du Niger véritable grenier de l’Afrique’’ a félicité le PDG de l’Office.

Pour président du Conseil régional de Ségou, nul doute, le projet Daouna est facteur de cohésion et d’apaisement communautaire à travers l’accès à l’eau en toute saison, le désenclavement des villages et l’accès partagé et réglementé des usagers aux ressources naturelles de la zone.

Les retombées économiques du projet Daouna sont énormes et répondent à beaucoup de soucis de développement et de bien-être, elles sont entre autres : filière bétail viande boostée, recettes fiscales des collectivités améliorées, création d’emploi pour les jeunes et les femmes (offres de services de la production, collecte et transformation du lait, transformation de la viande et valorisation des sous-produits de l’élevage).

Par ces actions, ajoute le président, ‘’nous ambitionnons de faire de la région de Ségou un pôle de développement agropastoral du Mali et de la Sous-région’’.

Selon ses explications, le projet PADER Daouna pèse assez lourd dans le développement économique et social de la Région de Ségou, il porte sur l’aménagement de quatre (04) périmètres pastoraux pour permettre de fixer le bétail sédentaire et transhumant sur des espaces aménagés pendant toute l’année.

Dans ce projet, quatre axes routiers sont aussi programmés pour un total de 200,06 Km répartis comme suit : axe Doura-Balabougou-Toumakoro-N’Godila (40,63km) ; axe Sonongo-Sogoba Wèrè-N’Dionkèbougou-Markabougou-Doura (43,92km) ;  axe  N’Tomona-Sagala-Toima-Sonongo (55,29km)  et enfin axe Sonongo-Kolohouri Niaro-Siranikourou-Samalé-Magna-Togoli-KaleWèrè-Kala Danga (60,22 km).

Les bénéficiaires directs  sont les pasteurs et les agro-éleveurs, les organisations des éleveurs, les collectivités territoriales de la Région de Ségou en général et spécifiquement des cercles de Ségou et Niono ; les bénéficiaires intermédiaires : les fournisseurs de services de la filière bétail viande de la Région de Ségou (vétérinaires, commerçants aliment bétail et autres)  et les bénéficiaires indirects sont les pasteurs des cercles de Koulikoro, Banamba et Nara (région de Koulikoro), cercles de Nianfunké (région de Tombouctou), cercles de Teninkou et Youwarou (région de Mopti) et des pasteurs de la Mauritanie.

Sur la base des rapports d’études, le projet aura des résultats probants au plan social, à travers la création d’emplois pendant l’exécution des travaux (2.879 emplois équivalant à 488 418 000 FCFA) et pendant l’exploitation (32 emplois permanents et 75 emplois semi permanents équivalant à 100 906 903 FCFA par an).

Quant au ministre délégué auprès du ministre du Développement rural, chargé de l’Elevage et de la Pêche, l’économie nationale repose essentiellement sur le secteur agricole (agriculture, élevage, pêche, forêts), qui occupe près de 80% de la population et intervient pour environ 40% du Produit Intérieur Brut (PIB).

En dépit de ce potentiel important, les performances du secteur agricole restent globalement insuffisantes. La faible productivité des systèmes de production et leur vulnérabilité aux aléas climatiques constituent des handicapes pour la stabilisation de l’offre des produits Agricoles.

Selon le Directeur de l’aménagement et de la gestion du foncier de l’Office du Niger, Tidiane Traoré, c’est la première convention signée entre l’Office et le Conseil régional de Ségou. A ses dires, si le Mali exploite l’Office comme il faut, on pourra créer des dizaines de milliers d’emplois par an.

Rappelons que le Projet d’appui au développement des territoires ruraux des Régions de Ségou et de Tombouctou (PADER) est financé à hauteur de 6 320 342 390 FCFA par l’Etat du Mali sur un prêt contracté avec l’Agence Française de Développement (AFD) et une subvention de l’AFD pour mobiliser une AT/PADER chargée d’accompagner la mise en œuvre du projet dans la région de Ségou. Le PADER Ségou est destiné au financement de l’aménagement des périmètres pastoraux de Daouna, projet prioritaire pour le Conseil régional de Ségou qui a une durée de quatre (4) ans.

Bréhima Diallo envoyé spécial

Source : 22 Septembre

Suivez-nous sur Facebook sur