Aménagement de la zone pastorale de Daouna à Ségou: L’Office du Niger octroie près de 75.000 ha au Conseil régional pour le développement de l’élevage

La cérémonie solennelle de signature de la convention de rétrocession d’environ 75.000 ha du domaine foncier de l’Office du Niger a eu lieu, le mardi 27 juillet 2021, dans la salle de conférence du Gouvernorat de Ségou, sous la bienveillante présidence du Ministre Délégué en Charge de l’Elevage et de la Pêche, Youba Ba. Sur la base des rapports d’études, le projet aura des résultats probants au plan social, entre autres, la création d’emplois pendant l’exécution des travaux (2.879 emplois financés par l’Agence Française de Développement (AFD). Le projet, s’il se concrétise, sera une réponse appropriée à la crise de viande que nous traversons depuis quelques années au Mali.  *

 

L’aménagement de la zone pastorale de Daouna, dans le cadre du PADER (Projet d’Appui au Développement des Territoires Ruraux de Tombouctou et Ségou), se révèle comme étant un projet de développement harmonieux de la filière bétail viande dans la région de Ségou, au bénéficie des populations. Ainsi, il viendra combler l’absence d’une zone pastorale digne de ce nom dans ce pays, notamment au sein de son plus grand bassin agricole qu’est l’Office du Niger.  Un phénomène déploré par tous les acteurs de cette filière.

C’est pourquoi la cérémonie de signature de la convention entre l’Office du Niger et le Conseil régional, qui a entériné la mise à disposition du second de près de 75.000 ha, pour les besoins de la cause, a drainé du beau monde.

Autour du ministre Délégué en charge de l’Elevage et de la Pêche, Youba Ba, ils étaient tous là, représentants de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, assistants techniques et points focaux du Programme d’Appui au Développement Économique Régional, représentants des Partenaires techniques et financiers, responsables des services techniques déconcentrés, paysans, éleveurs et notabilités traditionnelles et religieuses.

Quatre axes routiers

Selon le Président du Conseil Régional de Ségou, Siaka Dembélé,  » le projet PADER Daouna pèse assez lourd dans le développement économique et social de la Région de Ségou, il porte sur l’aménagement de quatre (04) périmètres pastoraux pour permettre de fixer le bétail sédentaire et transhumant sur des espaces aménagés pendant toute l’année « .

Ainsi, quatre axes routiers sont aussi programmés pour un total de 200,06 Km, répartis comme suit : 40,63 km pour Doura-Balabougou-Toumakoro-N’Godila, 43,92 km pour Sonongo-Sogoba Wèrè-N’Dionkèbougou-Markabougou-Doura, 55,29 km pour N’Tomona-Sagala-Toima-Sonongo et, enfin, 60,22 km pour Sonongo-Kolohouri-Niaro-Siranikourou-Samalé-Magna-Togoli-Kale Wèrè-Kala Danga.

Le projet vise les éleveurs autochtones et transhumants, les marchands de bétail ainsi que la population résidente.  Les bénéficiaires directs en sont les pasteurs et les agro-éleveurs, les organisations des éleveurs, les collectivités territoriales de la région de Ségou en général,  spécifiquement des cercles de Ségou et Niono. S’y ajoutent les pasteurs des cercles de Koulikoro, Banamba et Nara (région de Koulikoro), les cercles de Nianfunké (région de Tombouctou), de Teninkou et de Youwarou (région de Mopti) et des pasteurs de la Mauritanie. Ce n’est pas tout. Car, les fournisseurs de services de la filière bétail viande de la région de Ségou (vétérinaires, commerçants aliment bétail et autres) trouveront également leurs comptes dans ce projet.

L’aménagement de la zone pastorale de Daouna permettra également une réduction des conflits entre agriculteurs et éleveurs à travers la création de bonnes conditions d’élevage et de mobilité du bétail (couloirs de passage balisés et sécurisés).

C’est au regard de tous ces facteurs que le maire de Ségou, Nouhoun Diarra, dans son mot de bienvenue, a salué ici le leadership et la détermination du Président du Conseil Régional de Ségou autour de ce projet Daouna,  » que nombre de personnes considéraient comme chimérique « .  A cette volonté, il ajoute «  la dextérité managériale et la ferveur patriotique du Président Directeur Général de l’Office du Niger, qui a décidé de ne ménager ni son temps, ni ses moyens pour booster le développement intégré de la zone Office du Niger, à travers le projet d’aménagement de la zone pastorale de Daouna « .

Diversifier les activités agricoles à l’Office du Niger

De son côté, le ministre délégué en charge de l’Elevage et de la Pêche, Youba Ba, a soutenu que «  grâce à cette collaboration, dont nous mesurons toute la portée en termes d’accroissement de la productivité des systèmes pastoraux traditionnels, près de 200.000 ha seront aménagés dans la zone pastorale de Daouna, située à cheval entre les cercles de Ségou et de Niono « .

Le ministre de conclure en ces termes : «  La mise en valeur de la zone permettra de diversifier les activités agricoles à l’Office du Niger et aura un impact positif sur les conditions de vie des pasteurs et des agro éleveurs de la zone d’intervention du projet. Cette gestion concertée et intégrée des ressources naturelles est gage de stabilité et de coexistence pacifique entre toutes les catégories socio professionnelles de la région « .

Le projet, s’il se concrétise, sera une réponse appropriée à la crise de viande que le pays traverse depuis quelques années.

Face au fait que l’économie nationale repose essentiellement sur le secteur agricole (agriculture, élevage, pêche, forêts), occupe près de 80% de la population et intervient pour environ 40% du Produit Intérieur Brut (PIB), le gouvernement du Mali et ses Partenaires au Développement doivent s’investir davantage dans ce secteur afin de tirer la croissance pour un développement harmonieux.

Source : SCOM-ON Avec L’INDEPENDANT

Suivez-nous sur Facebook sur