Djibril Diallo, ingénieur géologue minier : “Si l’or était raffiné au Mali, la quantité réelle est estimée à plus de 150 tonnes par an”

Le flou qui entoure l’exploitation de nos ressources minières en particulier l’or interpelle plusieurs spécialistes du domaine. C’est ainsi que l’Ingénieur géologue minier, Djibril Diallo, nous explique, à travers une tribune, comment l’exploitation aurifère échappe au contrôle de l’Etat malien et l’immense perte que cela provoque.

Selon l’Ingénieur géologue minier, la production aurifère de notre pays avoisine les 65 tonnes par an, en tout cas celle qui est déclarée officiellement. Et de poursuivre que si nous calculons les 20% de cette production qui doivent revenir normalement à l’Etat Malin, nous aurons 13 tonnes. “Le court mondial d’une tonne d’or est estimé à 30 milliards de Fcfa. Ainsi, la manne financière engendrée par les 13 tonnes d’or est d’environ 390 milliards Fcfa par an grâce à l’exploitation de l’or industriel soit 1/3 du budget national. Quant à l’exploitation de l’or artisanal, elle échappe complètement au contrôle de l’Etat, mais que l’Etat aurait pu encadrer et avoir au moins 4 tonnes par an dans cette production”, a-t-il déploré.

A le croire, si l’or était raffiné au Mali, la quantité réelle est estimée à plus de 150 tonnes par an et si l’exploitation artisanale était mieux contrôlée par l’Etat, la quantité réellement produite est estimée à 40 tonnes. Ainsi, la production totale de notre pays est estimée à plus de 190 tonnes et le Mali dépassera largement l’Afrique du sud et le Ghana pour se classer premier producteur d’or en Afrique. “Rien que la moitié des 190 tonnes d’or soit 95 tonnes, peut rapporter au Trésor public plus 2850 milliards de Fcfa par an. Ce qui dépasse largement le budget national et en plus peut servir à doter notre armée de tous les moyens, faire des routes, des usines, etc.”, a précisé M. Diallo.

A l’entendre, le Mali ne serait pas un état mendiant si les ressources générées par l’exploitation aurifère étaient bien gérées. Aussi, précise-t-il, la bonne gestion de celles-ci permettra au Mali d’être un pays émergent et d’avoir sa souveraineté sécuritaire, économique… “Malheureusement, la vision et la volonté politique manquent à nos dirigeants.  Sinon le Mali est très riche en ressources minérales pour être un pays pauvre et mendiant”, a déploré l’Ingénieur géologue minier.                

  Boubacar PAÏTAO

Source : Aujourd’hui-Mali

Suivez-nous sur Facebook sur