Culture : La 1ère édition du Festival Bôdôgôla débute ce vendredi à Yangasso

Bamako, 18 juin (AMAP) La première édition du festival de Bodogola débute ce vendredi, à Yangasso, dans le Cercle de Bla, région de Ségou, a appris l’AMAP de source proche des organisateurs.

L’annonce a été faite jeudi au siège du groupe Renouveau à Missabougou, lors d’une conférence de presse, animée par le président de l’Association Jeunesse pour l’aide au développement de la Commune de Yangasso (AJ-ADC Yangasso), Maître Bakary Dembélé.

Il avait à ses côtés les membres de l’association, de plusieurs membres de son bureau. Pendant 3 jours, la Commune de Yangasso vivra au rythme des manifestations culturelles et folkloriques, des concerts, des visites touristiques, des échanges culturels, des chorégraphies des jeunes…

Plusieurs artistes sont également au programme des concerts comme Mamadou Dembélé dit Dabara, Dios Saramani, Van Baxi, Alia Coulibaly, Drissa Tangara et plusieurs artistes locaux ainsi que des surprises.

Le choix de « Bogolan » s’explique par son importance dans la socio-éducative de la localité.  Bôdôgôla est une manifestation culturelle ancestrale qui glorifiait les filles auprès de leur famille et même au delà.  Il était organisé pendant la période pré-hivernale, lors d’une foire pour magnifier les jeunes filles vierges et les jeunes hommes puceaux.  Il se déroulait autour d’un arbre sacré, en présence de tout le village.

« Le but était de glorifier ceux et celles qui ont su se garder leur virginité », a soutenu le conférencier. Le conférencier a soutenu que cette pratique est aujourd’hui en voie de disparition, malgré son importance dans l’éducation d’ou la motivation de la jeunesse de Yangasso de restaurer cette pratique qui honore le village ainsi que le Mali.

Au-delà de son caractère social, le festival permet à la Commune de Yangasso d’amorcer un élan de développement à travers des actions de visite de sites touristiques, l’installation des stands pour la vente des objets artisanaux et des produits transformation de la localité.

Il a expliqué que cette pratique est abandonnée depuis plus de deux décennies. Et c’est un devoir pour la jeune génération de faire revivre cette pratique culturelle.

Pour lui, c’est également une occasion pour les ressortissants de se retrouver autour des actions de développement de la Commune de Yangasso.

AS/KM (AMAP)

Suivez-nous sur Facebook sur