Mali : « incompréhension » entre des FDS, l’État-major général tape du poing sur la table

Au Mali, des échauffourées ont eu lieu entre des éléments des forces de défense et de sécurité durant le week-end. L’État-major général des armées a invité à l’apaisement, samedi 12 juin dernier.  

Dans la région de Mopti, précisément à Sévaré, le samedi 12 juin 2021, des agents de la police malienne ont été agressés aussi bien physiquement que verbalement par des éléments de la garde nationale. « Ils (agents de police NDLR) ne sont pas des militaires, c’est juste des policiers », peut-on entendre dans cette vidéo de moins de deux (2) minutes devenue virale sur les réseaux sociaux. Cet incident, qui a également eu lieu à Kayes, dans la 1re région administrative, a été perpétré à visage découvert par les agresseurs.

Faire face à des ennemis communs

Le chef d’État-major général des armées précise que cet incident est parti d’une « incompréhension entre certains personnels des forces de défense et de sécurité à Sotuba, à Bamako dans la nuit du 11 au 12 juin 2021 ». Selon nos indiscrétions, il s’agirait d’une altercation entre des policiers et un agent de la garde nationale, qui aurait été agressé par des agents de la police.

Cette échauffourée entre des éléments des forces de défense et de sécurité (FDS) du Mali, un pays qui traverse une crise sécuritaire multiforme, a touché la sensibilité des Maliens, notamment des internautes qui n’ont pas manqué à la condamner. Dans un pays en guerre, les forces de défense et de sécurité doivent rester souder afin de faire face à des ennemis communs, pouvait-on comprendre dans certaines publications.

La priorité des FDS

La synergie des syndicats de la police nationale, à travers son porte-parole, l’adjudant de police José Kamaté, « s’engage à laver l’honneur et la dignité de l’ensemble des fonctionnaires de la police » et leur demande de « rester mobiliser derrière » leur syndicat. La synergie demande aux autorités en place de prendre leur responsabilité face à cette situation.

Dans son communiqué du 12 juin 2021, l’État-major général des armées rassure que « les responsabilités seront situées et les mesures disciplinaires prises conformément à la réglementation en vigueur ». Il rappelle aux forces de défense et de sécurité que leur priorité « reste la défense de l’intégrité territoriale et la sécurité des personnes et des biens ». Les FDS sont alors invitées à la cohésion, à la solidarité, à l’unité des troupes, à l’esprit de corps et à « l’affirmation de la chaîne de commandement unie et unifié ».

Fousseni Togola

Source: Sahel Tribune
Suivez-nous sur Facebook sur