Au Sahel, le pari risqué de la France pour éviter l’enlisement

Se transformer pour éviter l’enlisement: c’est le choix qu’a fait Emmanuel Macron en annonçant la fin de l’opération française Barkhane au Sahel au profit d’une coalition internationale.Un pari risqué, avec des armées sahéliennes fragiles et des Européens à mobiliser.
– Décrue massive –

Après huit ans de présence ininterrompue au Sahel où sont aujourd’hui déployés 5.100 de ses militaires, la France veut désormais passer d’une force en première ligne contre les jihadistes à une force d’accompagnement et d’appui (renseignement, drones, avions de chasse…).Une manière de réduire les risques et d’obliger les Etats de la région à prendre de plus en plus en main leur propre sécurité.

L’exécutif attend officiellement d’échanger fin juin avec ses partenaires européens, l’Algérie et l’ONU pour livrer des détails sur le nouveau dispositif.

Mais selon le projet étudié, la France prévoit de quitter des bases du nord du Mali — Tessalit, Kidal et Tombouctou — d’ici fin 2021 pour concentrer sa présence sur les emprises de Gao et Ménaka, plus proches de la zone dite des “trois frontières”, aux confins du Mali, du Niger et du Burkina Faso, ainsi qu’à Niamey, la capitale du Niger.

La décroissance des effectifs militaires français s’opérera progressivement, avec un jalon à environ 3.500 hommes d’ici un an puis 2.500 personnes d’ici 2023, selon une source familière du dossier. Les commandos d’élite de la task force française “Sabre” devraient être maintenus pour poursuivre la traque des chefs jihadistes.

“L’engagement militaire de la France restera très significatif”, a assuré vendredi la ministre française des Armées Florence Parly.”Il nous faut combattre les groupes terroristes, continuer ce travail qui permettra aux forces armées du Sahel d’être en situation de répondre et de riposter”.

– Coalition d’Européens à consolider –

La mue de la présence militaire française au Sahel avait déjà été amorcée dès l’an dernier, avec le lancement, à l’initiative de Paris, du groupement de forces spéciales européennes Takuba, destiné à fournir des petites équipes de cadres pour accompagner les unités maliennes au combat.Un partenariat militaire semblable aux équipes de mentors occidentaux déployées à la fin des années 2000 auprès des troupes afghanes.

Etablie au Mali, à Gao et Ménaka, Takuba rassemble aujourd’hui 600 hommes dont une moitié de Français, ainsi que quelques dizaines d’Estoniens et de Tchèques et près de 140 Suédois.L’Italie a promis jusqu’à 200 soldats, le Danemark une centaine et plusieurs autres pays, dont la Grèce, la Hongrie ou encore la Serbie, ont exprimé leur intérêt.

Mais après le second coup d’Etat intervenu en mai au Mali, la France a pour l’heure gelé toutes ses opérations conjointes avec les forces maliennes, dont Takuba.Une suspension de nature à dissuader les pays européens de se mobiliser si elle devait trop durer.

La France veut croire qu’elle parviendra à réunir un nombre croissant de candidats.”Les Européens sont de plus en plus conscients des enjeux sécuritaires qui se jouent au Sahel, notamment sur le volet migratoire”, assure un chef militaire.

Mais les interventions armées sont politiquement sensibles dans la plupart des pays européens, qui ont besoin du feu vert de leur Parlement pour s’engager et imposent parfois des restrictions aux tâches confiées à leurs troupes.

Autre question en suspens: la participation ou non des Britanniques, qui fournissaient jusqu’ici un précieux soutien à Barkhane avec un détachement d’hélicoptères lourds Chinook.

– Les armées locales à l’épreuve –

Mais avec ce nouveau dispositif sonne surtout l’heure de vérité pour les armées locales, qui vont se retrouver en première ligne de l’effort sécuritaire.

Or, malgré d’importants efforts de formation et d’entraînement ces dernières années, les forces armées du Mali, du Niger et du Burkina Faso, qui figurent parmi les pays les plus pauvres du monde, demeurent notoirement sous-entraînées, sous-équipées et essuient de fréquentes attaques jihadistes. Elles sont aussi accusées d’exactions envers les populations locales.

“Le moment est venu car les forces armées sahéliennes désormais sont plus en mesure de faire face à leurs ennemis”, a cependant assuré vendredi Florence Parly, en évoquant “de grandes opérations” en fin d’année dernière “pendant lesquelles les armées françaises et sahéliennes ont combattu ensemble”.

Dans l’esprit de Paris, la balle est dans le camp africain.

Désormais, “il va falloir que les Maliens, les Nigériens, les Burkinabè et la force conjointe du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger, Tchad) nous disent combien d’unités ils sont capables de mettre sur le terrain, pour que nous puissions définir les besoins d’accompagnement au combat”, pointe un haut gradé français.

Source: AFP

Suivez-nous sur Facebook sur