Sorties médiatiques du Président Bazoum sur le Mali: le parti DCA condamne des propos ‘’discourtois et malencontreux’’

Dans un communiqué signé par son président, l’honorable Souleymane DEMBELE, le parti Demain C’est Aujourd’hui, condamne avec la dernière rigueur les propos du président du Niger, jugés « discourtois et malencontreux» à l’encontre des autorités maliennes de la Transition. Les responsables de ce parti qui soutiennent les autorités de la transition, engagées dans l’ultime combat pour la restauration de la souveraineté nationale rappellent que «Monsieur Mohamed Bazoum gagnerait en légitimité et en crédibilité à réunir les Nigériens plutôt que de diviser les Africains ».

 

Fidèle à sa devise : « Patriotisme, unité et travail », son slogan : « Ensemble pour un Mali restauré », et conformément à son ferme engagement de défendre le Mali en tout lieu et en toute circonstance, le parti «Demain C’est Aujourd’hui» (DCA) a constaté avec regret et consternation la sortie médiatique hasardeuse et inappropriée de Monsieur Mohamed Bazoum, Président du Niger.
Le parti Demain C’est Aujourd’hui condamne avec la dernière rigueur ces propos ‘’discourtois et malencontreux’’ à l’encontre des autorités maliennes de la Transition.
Aussi, le parti Demain C’est Aujourd’hui dénonce toute «instrumentalisation» de la CEDEAO dont la vocation est de demeurer la CEDEAO des peuples.
Par la même occasion, le parti DCA, par la voix de son président, honorable Souleymane DEMBELE, « condamne les sanctions injustes et illégales prononcées contre la République sœur de Guinée et appelle à leur levée immédiate et sans condition ».
Se reconnaissant dans la brillante et historique intervention du Mali à la Tribune de la 77e Assemblée générale de l’ONU, le samedi 24 septembre, dont il est fier, le parti ‘’Demain C’est Aujourd’hui’’ félicite vivement le Premier ministre par intérim, Abdoulaye MAIGA, pour son discours mémorable et rappelle à la face du monde que le peuple africain restera à jamais l’ultime rempart contre toutes formes d’hégémonie au service d’un agenda international.
Pour rappel, dans son discours à la tribune des Nations-Unies, suite aux nombreuses critiques du chef de l’État nigérien, le Premier ministre malien a déclaré :
« À l’endroit de M. Bazoum, il remarquera que le Gouvernement de la Transition n’a pour le moment jamais réagi à ses propos injurieux pour deux raisons cumulatives. La première raison tient au respect de l’héritage laissé par nos ancêtres, qui consiste à ne pas répondre aux injures par des injures. La seconde raison relève de l’identité de M. Bazoum, l’étranger qui se réclame du Niger. Nous savons que le peuple nigérien frère du Mali se distingue par des valeurs sociétales, culturelles et religieuses très riches. M. Bazoum n’est pas un Nigérien, son comportement nous réconforte totalement dans notre constat », a déclaré le Premier ministre par intérim, Abdoulaye MAIGA, à la tribune de l’ONU.

Par Abdoulaye OUATTARA

Source : Info-Matin

Suivez-nous sur Facebook sur