Lumumba : l’icône anticoloniale congolaise qui a provoqué la colère du roi des Belges

Patrice Emery Lumumba, dont les restes ont été ramenés en République démocratique du Congo la semaine dernière, est devenu célèbre le 30 juin 1960 avec un discours amer sur l »indépendance contre l’ancienne puissance coloniale belge.  

 

En présence du roi Baudouin de Belgique, le Premier ministre de 34 ans a accusé les anciens maîtres coloniaux de mauvais traitements racistes et d’imposer un « esclavage humiliant » au peuple congolais, faisant de lui un héros instantané des mouvements indépendantistes africains.

Nous avons vécu les insultes, les coups que nous avons dû subir matin, midi et soir, parce que nous étions des nègres« , a-t-il proclamé. C’était une réponse cinglante au roi Baudouin dont le discours peu avant avait salué l’œuvre de son ancêtre royal , Léopold II, insistant sur le fait qu’il n’était pas un « conquérant » mais qu’il était venu en « mission civilisatrice ».

Lumumba est né le 2 juillet 1925 dans le village d’Onalua dans la province centrale du Sankuru de parents de l’ethnie minoritaire Tetela. Il a d’abord étudié pour devenir infirmier, puis a rejoint l’école de la poste de l’administration coloniale, obtenant son diplôme pour devenir commis au service du courrier de Stanleyville, au nord-est, appelée aujourd’hui Kisangani. Il est accusé de détournement de fonds et condamné à plusieurs mois de prison en 1956. «Qu’ai-je fait d’autre que de reprendre un peu de l’argent que les Belges ont volé au Congo “, aurait-il dit à l’époque.

Un nationaliste

“Il n’a jamais nié avoir détourné des fonds », a déclaré l’universitaire congolais Emmanuel Kabongo, qui a beaucoup écrit sur Lumumba. Après être sorti de prison « grâce à ses liens avec des Belges libéraux », il a été employé comme directeur commercial d’une brasserie cherchant à augmenter ses ventes de bière à Léopoldville, une ville maintenant appelée Kinshasa, a-t-il dit. Alors qu’il ne gagnait que 3 000 francs belges à la poste, il était soudainement payé 25 000 francs pour son nouvel emploi, a déclaré Kabongo. En 1958, il lance un parti politique, le Mouvement national congolais (MNC), qui appelle à l’indépendance et à un État congolais laïc.

Ses détracteurs l’ont accusé d’être communiste, mais l’universitaire congolais Jean Omasombo a déclaré qu’il ne l’était pas. “Il a dit à plusieurs reprises qu’il était un nationaliste, pas un communiste », a-t-il dit.

Pendant un mois au début de 1960, Lumumba a participé à une table ronde sur l’indépendance du Congo à Bruxelles, aux côtés d’autres politiciens congolais et chefs traditionnels. Son parti a remporté les élections nationales en mai 1960, un mois avant l’indépendance, ce qui l’a conduit à être nommé premier Premier ministre du pays lorsqu’il est devenu indépendant. Il faisait partie de l’avant-garde des dirigeants panafricains qui ont mené la charge pour mettre fin au colonialisme en Afrique à la fin des années 1950. Mais, dit Kabongo, « il n’a été chef du gouvernement du nouvel Etat que pendant deux mois et treize jours », du 30 juin au 12 septembre 1960.

Le discours d’indépendance du jeune politicien charismatique lui a valu le ressentiment de la Belgique. Les puissances occidentales n’avaient pas besoin de grand-chose d’autre pour voir le brandon de 35 ans comme une menace, en particulier après avoir demandé le soutien de l’Union soviétique.

Intérêts américains perturbés

Dans le but de le neutraliser rapidement, la Belgique et la CIA ont exploité les ambitions d’autres dirigeants congolais, selon des documents. Ils ont réussi avec un jeune chef d’état-major de l’armée nommé Joseph-Désiré Mobutu, qui a mené un coup d’État qui a renversé Lumumba.  Plus tard, Mobutu prenait le pouvoir lors d’un autre coup d’État et imposait un régime dictatorial de 1965 à 1997, renommant la nation Zaïre et lui-même Mobutu Sese Seko.

Après l’éviction de Lumumba, il a été arrêté et remis pour exécution aux autorités de la province riche en minéraux du sud-est du Katanga, qui a fait sécession de la nation naissante des mois plus tôt avec le soutien de la Belgique. Un avion a atterri à l’aéroport d’Elisabethville, la capitale provinciale du Katanga – maintenant appelée Lubumbashi – au début de 1961. Il a été envoyé dans la savane et abattu au pied d’un arbre par des séparatistes katangais et des mercenaires belges avec deux compagnons après  la tombée de la nuit le 17 janvier 1961. Il n’avait que 35 ans. Son corps a été dissous dans de l’acide, mais un policier belge impliqué dans le meurtre a gardé une de ses dents comme trophée.

La Belgique l’a finalement rendu à sa famille lundi de la semaine dernière. Le discours d’indépendance de Lumumba quelques mois plus tôt « a certainement scellé son sort », a déclaré Kabongo.  « Mais son nationalisme et sa proximité avec (d’autres) icônes panafricaines (…) avaient perturbé les intérêts américains au Congo« , a-t-il ajouté.

Source : AFP

Suivez-nous sur Facebook sur