Le professeur Samba Sow: Savant ou Faussaire ?

L’actuel ministre de la santé et de l’hygiène publique semble être un homme brillant. Brillant de par son parcours si l’on se fie aux différents articles de presse qui retracent sa biographie si élogieuse, oh combien exceptionnelle qu’il en ferait des jaloux. Samba Sow serait un homme d’expérience aux multiples compétences. A en croire son CV rendu public, on serait tenté de dire que le Mali a une chance inouïe d’avoir à la tête de l’un de ses ministères clés, un homme d’expérience, un spécialiste averti sur les questions de santé publique. Epidémiologiste chevronné, spécialiste des maladies infectieuses, Samba Sow se dit être également spécialiste en léprologie et d’odontologie.

Celui qui se fait appeler Professeur, semble jouir d’une notoriété et d’une confiance à toute épreuve de la part du président de la République et d’une grande partie de la population. La confiance n’excluant pas le contrôle, nous avons mené des investigations sur le récipiendaire du prix LAVIRON de Médecine tropicale.  Premier Hic : l’âge du génie samba Sow. Nous avons été confrontés à plusieurs dates de naissance de l’intéressé. Tantôt, certains articles évoquent 1964 comme date de naissance, tantôt 1962. Pour avoir le cœur net, après moult recherches, nous avons pu nous procurer l’acte de naissance que M. Sow a fourni lors de son admission au concours d’entrée à la fonction publique en 2008. Sur la copie de l’extrait d’acte de naissance que nous nous sommes procuré, Samba Ousmane Sow serait né le 02 Février 1968.

 

 

Jusque-là tout va bien, sauf que lors de son admission au concours d’entrée à la fonction publique en 2008, le diplôme de doctorat d’état en médecine fourni par Samba Ousmane Sow a été obtenu en 1990. Après décompte, nous constatons donc que le génie Samba Ousmane Sow aurait obtenu son doctorat d’état à l’école de médecine à l’âge de 22 ans. Ce qui suppose que notre Albert Einstein malien aurait été admis en 1ère  année d’études primaire à 1 an. A moins qu’il n’ait falsifié son acte de naissance pour pouvoir répondre aux critères d’admission de la fonction publique qu’il a intégré en 2008. Joint par nos soins, les anciens camarades de M. le ministre disent pour la plupart être nés entre 1959 et 1962.

On comprend bien pourquoi le spécialiste en léprologie avait tout intérêt à falsifier son acte de naissance pour pouvoir se présenter au concours d’entrée à la fonction publique. Soit Samba Sow a menti sur son âge et a fourni un faux document à l’administration, en l’occurrence un faux acte de naissance, soit son diplôme censé être obtenu en 1990 est faux. De ce fait, le titulaire du Master  en science of hygiène and tropical médecine obtenu à la London School, devrait vraisemblablement être radié de la fonction publique pour avoir violé les règles et les conditions d’admission à la fonction publique malienne qui fixe le seuil de l’âge d’entrée à la fonction publique à 40 ans. Quid du faux et usage de faux, dont il serait l’auteur à travers ces différentes manœuvres frauduleuses. La justice a tout intérêt à ouvrir une information judiciaire pour mieux édifier les Maliens.

Etonnés de voir que durant un parcours aussi élogieux, jamais une date n’est mentionnée pour justifier une étape de son parcours, après recoupement d’informations auprès de la London school, il semblerait que notre ministre de la santé n’a jamais passé une heure à la London School, à fortiori, y obtenir un Master. Samba Ousmane Sow se fait appeler spécialiste en léprologie, mais nous sommes étonnés de voir que le corps médical au Mali puisse laisser passer un tel mensonge, sachant bien que la Léprologie n’est pas une spécialité en médecine, http://bamada.net mais plutôt une sous spécialité, faisant partie intégrante de la dermatologie. Pour démontrer qu’il est spécialiste en léprologie, Samba Ousmane n’aurait fourni qu’un certificat en léprologie qui lui a été décerné par l’institut Marchaux en 1991 après quelques mois de formation. Comme on a coutume de le dire très souvent : Plus c’est gros, mieux ça passe.

Ayant pris gout à la calomnie et à la falsification, notre ministre, ne sachant pas s’arrêter, s’est octroyé le titre de Professeur à titre étranger. Dieu seul sait ou Samba le génie a obtenu ce titre de professeur. Les Maliens veulent savoir, M. le Ministre. On en viendrait à se demander comment de telles pratiques puissent prospérer au Mali ? Que font nos services de renseignements ? Le président IBK serait-il naïf au point de se faire entourer par certains hommes au parcours truffé de zones d’ombres et de contrevérités ? Comment de tels individus peuvent-ils encore se targuer d’être un ministre de la République à la tête d’un département ministériel aussi sensible ?

Le Mali manque-t-il d’hommes compétents en la matière ? Comment comptons-nous apercevoir le bout du tunnel avec des hommes aussi fourbes à la tête de certains de nos départements aussi sensibles ? Nous interpellons le Président de la République et le premier ministre  pour qu’ils puissent sévir en la matière et de démettre Samba Sow de ses fonctions afin que d’autres ne soient pas tentés par de telles supercheries à se faire une place de choix au sein du gouvernement

D’autres révélations fracassantes sur le parcours de l’homme aux multiples facettes dans nos prochaines éditions.

A SUIVRE….

Ouverture Media

La Rédaction

 

Suivez-nous sur Facebook sur