Gouvernance démocratique du secteur de la sécurité : Des parlementaires et des OSC du Burkina-Faso, du Mali et du Niger sont en conclave à Bamako.

Après une première rencontre tenue à Ouagadougou en novembre-décembre 2016, c’est au tour de Bamako d’abriter le forum par lequel les Commissions Parlementaires Défense/Sécurité et les Organisations de la Société Civile du Burkina Faso, du Mali et du Niger entendent mettre en place un mécanisme de concertation au sujet de la gouvernance démocratique du secteur de la sécurité. Initié par l’Institut National Démocratique (NDI), ce forum s’inscrit dans le cadre du Programme intitulé :

Renforcer le contrôle et la surveillance démocratiques du secteur de la sécurité. Il s’agit de la Contribution au programme danois pour la stabilité et la paix dans la région du Sahel, mis en œuvre par le NDI dans les trois pays du Liptako Gourma depuis 2014 avec le financement du Royaume du Danemark et de la Norvège. Les assises de Bamako se veulent une ambition commune et unique des trois pays : faire un front commun contre les menaces en inventant des formes et des actions communes et novatrices de contrôle de la gouvernance du secteur de la sécurité, à même d’améliorer l’offre de service de sécurité à nos concitoyens.

C’est l’hôtel Azalaï Salam qui, le lundi 26 février 2018, a servi de cadre à la cérémonie d’ouverture de ce rendez-vous de trois jours. Présidée par le 6è vice-président de l’Assemblée Nationale M. Bajan Ag Hamatou, cette cérémonie a enregistré la présence de l’honorable Karim Keita le président de la Commission Défense/Sécurité de l’AN. Outre les ambassadeurs du Danemark et de la Norvège, on notait également la présence de Mme Ulrike Rodgers le représentant du NDI pour l’Afrique de l’Ouest Francophone.

Pour les parlementaires des trois pays réunis, l’objectif général à eux assigné est de mettre en place un cadre de concertation et développer une feuille de route d’actions conjointes et solidaires. Pour les OSC, il sera question d’adopter l’outil de monitoring de la situation de sécurité et d’élaborer une feuille de route pour les observatoires, en vue de contribuer à la paix et à la sécurité sous régionales. Sont donc attendus au terme de ces trois jours de travaux, deux feuilles de route : une dynamique d’actions conjointes et solidaires pour les parlementaires burkinabé, maliens et nigériens ; une seconde de mandat et de fonctionnement d’une plateforme ou d’un observatoire sous régional des OSC.

L’occasion de l’ouverture officielle des travaux été propice pour le président de la Commission Défense et Sécurité de l’Assemblée Nationale du Mali de reconnaître les efforts du NDI dans l’œuvre de construction de la gouvernance et de la démocratie de façon générale et de la gouvernance du secteur de la sécurité en particulier. « Je voudrais solliciter mes collègues et assistants parlementaires, mes pairs et représentants de la société civile des différentes délégations, pour des discussions riches afin que ces assises débouchent sur des actions au bénéfices des populations du Sahel qui font face aujourd’hui à des défis sécuritaires multidimensionnels. » a déclaré l’honorable Karim Keita à l’endroit des participants.

La rédaction

Suivez-nous sur Facebook sur