Taekwondo: à Tokyo 2021, le Malien Seydou Fofana a pris confiance

Seydou Fofana a vécu une folle journée, ce 25 juillet, au tournoi de taekwondo des Jeux olympiques de Tokyo 2021, chez les moins de 68 kg. Battu en qualification, le Malien a été repêché et est passé tout près de vaincre le triple champion du monde sud-coréen Lee Dae-hoon et de disputer ainsi un combat pour la médaille de bronze.

De notre envoyé spécial à Tokyo,

Il est revenu de nulle part ou presque. Ce 25 juillet à Tokyo, les Jeux olympiques de Seydou Fofana semblaient partis pour s’achever très vite. Le représentant du Mali en taekwondo avait en effet été dominé (38-17) dès les qualifications par le solide Ulugbek Rashitov. Un Uzbek toutefois tellement solide que le champion d’Asie a atteint la finale du tournoi des moins de 68 kg. Ce qui a permis au Malien de disputer un combat de repêchage pour la médaille de bronze.

Il a bousculé un triple champion du monde

« Je me suis quand même retrouvé face à un champion du monde, Lee Dae-hoon », réalise Seydou Fofana. Il a même entraîné le Sud-Coréen dans un combat serré, s’inclinant de justesse 11-9 seulement. « J’ai essayé de rattraper mon retard mais je n’ai pas eu de chance, souffle l’athlète âgé de 27 ans. Mais ce n’est pas la fin du monde. Je dois juste beaucoup travailler pour préparer les Jeux olympiques de Paris 2024 ». Seydou Fofana poursuit : « C’était ma première participation aux Jeux olympiques, avec tous ces grands athlètes et, sincèrement, j’ai trouvé que ça a été. »

Celui qui a été médaillé de bronze aux Jeux Africains se croit désormais plus que jamais capable d’imiter ses camarades taekwondoïstes d’Afrique de l’Ouest déjà médaillés, comme l’Ivoirien Cheick Cissé et le Nigérien Abdoul Razak Issoufou Alfaga. Et d’écrire ainsi l’histoire du sport malien. « Ces Jeux de Tokyo, ça a été extraordinaire. Bon, je me disais que je devais ramener la médaille », sourit-il, avec une pointe de dépit.« Maintenant, je dois absolument aller à Paris, dans trois ans, pour avoir une médaille olympique », conclut-il.

RFI

Suivez-nous sur Facebook sur