Normalisation du football malien: Et si les larbins de l’ex-djihadiste du football malien puaient … ?

Après avoir plongé le football malien dans l’abysse en soutenant l’ex-djihadiste du football malien en la personne de Boubacar Baba Diarra depuis le 10 janvier 2015, les larbins de l’ex-djihadiste du football malien en la personne de Boubacar Baba Diarra veulent faire croire aux amoureux du ballon rond que le football appartient au gouvernement malien et non à la FIFA. Ont-ils vraiment la mémoire courte ou bien ne l’ont-ils même pas ?

Sont-ils atteints par une démence incurable ? Voilà autant de questions qui sont à poser dont eux seuls peuvent réellement répondre.
Depuis quelques jours on assiste honteusement à une véritable campagne d’intoxication et de dénigrement menée par les larbins de l’ex-djihadiste du football malien contre le comité de normalisation mis en place par la FIFA le 10 janvier 2018 comme si ce comité doit obligatoirement partir même si les missions assignées ne sont pas achevées.

Ces missions au nombre de six (06) à savoir l’identification des délégués légitimes devant participer à l’assemblée générale élective des membres du comité exécutif, la relecture si nécessaire des statuts de la fédération malienne de football, la conformité des statuts des ligues à ceux de la fédération malienne de football, l’Audit financier et judiciaire, la gestion des affaires courantes de la fédération et enfin l’organisation de l’assemblée générale élective sous la supervision des experts de la CAF et de la FIFA.

Et depuis le 14 janvier dernier, les cinq membres désignés par la FIFA s’attèlent à tout mettre en œuvre pour sortir le football malien plongé dans l’abysse par l’ex-djihadiste Boubacar Baba Diarra et ses larbins qui s’agitent depuis quelques jours comme atteints d’une démence incurable. Les raisons de cette agitation honteuse des larbins de Baba Diarra sont connues car l’heure de la vérité est proche avec l’arrivée proche des auditeurs de la CAF et de la FIFA.

Sentant certainement la fin de leur carrière de dirigeant sportif pour les uns et pour les autres la voie de la prison, ces larbins n’ont d’autre choix que de demander la fin du comité de normalisation. Le comble c’est qu’ils ont poussé l’outrecuidance jusqu’ à demander au gouvernement malien de reprendre la gestion du football parce que le Mali est un pays souverain. Et pourtant ce sont ces mêmes larbins qui avaient crié sur tous les toits du monde entier à travers les journaux, les radios, les télévisions, les réseaux sociaux, les familles fondatrices de Bamako, le président de l’Assemblée nationale pour faire croire que le football n’appartient pas au Mali mais à la FIFA.

Et un ancien membre du comité exécutif, un certain Fakourou Sylla est devenu brusquement consultant sur le plateau des télévisions privées de la place. C’était le 8 Mars 2017 lorsque le ministre des sports de l’époque, Housseini Amion Guindo avait dissout le comité exécutif de la fédération malienne de football dirigé par leur mentor devenu leur pire ennemi le 8 octobre 2017. Autre raison de leur agitation, c’est que le Conor vient de démontrer à tous les maliens que l’argent de la fédération malienne de football appartient à tous les clubs et ligues affiliés et non à une poignée de personne comme ce groupe de larbins. En effet lors de la coupe du Mali 2018, tous les clubs et ligues qui ont participé à cette 58e édition de Dame coupe ont été financièrement récompensé.

C’est ainsi que toutes les 9 ligues ont reçu l’argent pour organiser leurs phases éliminatoires régionales. Le montant varie selon le nombre de districts affiliés à la ligue en témoigne le montant donné à la ligue de Ségou d’une somme de 4 800 000 FCFA alors qu’elle n’a reçu que 3 000 000 FCFA durant les quatre années de Baba Diarra et les trois mois du passage forcé de Bavoeux Touré. Quant aux équipes affiliées à la phase fédérale, les équipes éliminées en 16e de finale auraient reçu environ 750 000 FCFA, les équipes éliminées en 8e de finale auraient reçu environ 1 500 000 FCFA, les équipes éliminées en ¼ de finale aurait reçu environ 2 500 000 FCFA, les équipes éliminées en ½ finale auraient reçu 3 500 000 FCFA, le finaliste malheureux aurait reçu 5 000 000 FCFA et le vainqueur aurait reçu 10 000 000 FCFA.

En plus de cela le Conor aurait offert à chacun des deux finalistes 2 000 000 FCFA pour se préparer aux compétitions africaines. Si cela se confirme, ça serait une première dans l’histoire du football malien depuis la création de la coupe du Mali en 1961 que le vainqueur de la coupe reçoit 10 000 000 FCFA. Notons que c’est en 2004 que le vainqueur a reçu des mains du président de la république d’alors 2 000 000 FCFA. Et depuis le président de la fédération malienne de football, feu Kola Cissé avait pris le relais en offrant 5 000 000 FCFA au vainqueur de la coupe du Mali.

Malheureusement depuis 2013, certaines équipes (Djoliba CSK, COB, Sabana, CSD7, Avenir de Tombouctou, ASB, Mamahira de Kati etc) et ligues (Kayes, Ségou, Gao, Tombouctou, Kidal) ont été exclues sevrées de ces subventions financières depuis l’arrivée de Baba soutenu par ces agitateurs. Ces larbins doivent comprendre une chose que ni leur campagne honteuse de dénigrement et d’intoxication, ni le gouvernent malien ne peuvent mettre fin à la mission du comité de normalisation car le football appartient à la FIFA comme eux-mêmes disaient en mars 2017. La seule chose que ces larbins peuvent faire c’est de quitter le monde du football pour d’autres disciplines sportives cat officiellement il existe plus de 33 disciplines sportives.

Said

La Mutation

Suivez-nous sur Facebook sur