8ème édition des « fangantigui » : Abdoulaye Koné dit Ladjaba réserve du lourd au public sportif

La 8ème édition de la plus grande compétition de développé couché du Mali est prévue pour le dimanche 06 décembre 2020 sur le terrain de football de l’Hippodrome. L’organisateur de l’événement, Abdoulaye Koné dit Ladjaba, réserve du lourd aux amateurs de cette discipline sportive qui est en train de faire son petit bonhomme de chemin dans notre pays. Avec comme parrain Nafaraba Keïta, le président de la fédération malienne de Boxe, cette 8ème édition enregistrera la présence des champions du développé couché de certains pays voisins du Mali qui viendront se mesurer aux Maliens et tenteront de retourner avec le trophée chez eux.

L’organisateur principal, Abdoulaye Koné dit Ladjaba, a tenu à présenter la discipline au public sportif malien qui a tendance à le confondre avec le bras de fer, alors qu’il n’a pas de lien avec ce dernier. Il a fait savoir que le développé couché (en anglais : bench press) est un exercice poly-articulaire de force et de musculation qui consiste à soulever et abaisser une barre d’haltères. Développant principalement les pectoraux et les triceps, il sollicite également d’autres muscles comme le grand dorsal, le grand rond, les trapèzes, les deltoïdes antérieurs et les biceps.  « Couché sur un banc horizontal, bras tendus verticalement avec la barre chargée dans les mains, le mouvement consiste à abaisser la barre jusqu’à toucher le torse (phase excentrique), puis remonter (phase concentrique) jusqu’à la position de départ », explique-t-il. Les mains sont en pronation, c’est-à-dire paumes vers les pieds (l’amplitude du mouvement est à adapter selon la morphologie). « Selon l’objectif du sportif et la charge, le mouvement est généralement répété 3 à 15 fois (une fois = une répétition), ce qui forme une série », précise l’ancien champion du Mali de la discipline. L’écartement des mains est généralement un peu supérieur à la largeur des épaules, permettant de profiter au maximum de la force conjuguée des triceps et des pectoraux, clarifie Ladjaba. « L’inspiration se fait lors de la descente de la barre et l’expiration lors de la remontée. Lors de l’utilisation de charges lourdes, un assistant placé au niveau de la tête du sportif facilite la sortie puis la remise de la barre dans ses supports, mais est surtout présent pour aider le sportif à remonter  la barre au cas où il ne serait plus à mesure de le faire. Avec des charges très lourdes, un assistant se place à chaque extrémité de la barre. En compétition, une seule répétition est effectuée » poursuit-t-il. L’organisateur principal de l’événement a laissé entendre que le sportif doit immobiliser la barre sur son torse et attendre le signal (dit « la claque ») du juge avant de remonter la charge, ce qui a entre autres pour effet d’empêcher de profiter du léger rebond de la charge sur la cage thoracique. Concernant cette 8ème  édition, il a signalé qu’il réserve du lourd aux amateurs de la discipline et a invité les sponsors a associé leurs images à l’événement afin de permettre au développé couche de prendre son envol et de permettre au Mali de glaner des trophées sur le plan international. Notons que c’est une vingtaine d’athlètes qui sont attendus pour cette 8ème  édition avec le champion du Burkina Faso, Volcan. Le champion de la Guinée Conakry ne pourra plus effectuer le déplacement à cause de la crise sécuritaire. Nouhoum Bakayogo dit Ivo, le champion de l’année dernière, gardera-t-il son trophée ou sera-t-il détrôné par un autre ?  La réponse, ce dimanche sur le terrain de l’Hippodrome.

Moussa Samba Diallo

Source: Le Républicain- Mali

Suivez-nous sur Facebook sur