Xénophobie en Afrique du Sud : Le PPP condamne

Au pied de la Tour d’Afrique de Bamako,  monument qui symbolise l’unité africaine, l’union africaine et rappelle que l’Afrique est notre Patrie, le Parlement Populaire du Peuple (PPP) a condamné avec la dernière rigueur les actes xénophobes d’extrêmes violences qui se passent en Afrique du Sud.

 

Depuis des semaines, nos sœurs et frères d’Afrique font l’objet de violences inimaginables de la part des jeunes sud-africains, ceux-là mêmes pour lesquels ils se sont battus par le passé.

D’autres africains sont battus, tués, pillés en Afrique du Sud tout simplement, parce qu’ils sont des étrangers. C’est en réaction à cette ignominie que le mouvement PPP s’était réunie le mardi 10 septembre 2019.

Après trois minutes de bénédiction en la mémoire de nos frères africains tués en terre africaine d’Afrique du Sud, le chargé de mission de ce mouvement,  Adama Ben Diarra exprime son indignation. « Incroyable, mais vrai! Incroyable, parce que ces atrocités se passent en Afrique du Sud. Incroyable, parce que ça se passe dans le pays de Madiba. Incroyable, par ce que les Noirs tuent d’autres noirs en Afrique Noire. Hélas!!! Le monde va à l’envers… »

Adama Ben Diarra en appelle au « sens élevé de la conscience humaine, de la responsabilité des dirigeants sud-africains et rappelle les jeunes Sud-Africains que Nelson Mandela les voit. Combien de fois tous les peuples d’Afrique ont observé une minute de silence pour la mémoire des frères sud-africains noirs tués par le blanc sous le régime de l’apartheid ? Combien de fois les peuples et les dirigeants africains se sont mobilisés pour la libération de Nelson Mandela ? Pourquoi trahir la mémoire du guide Nelson Mandela ?», a-t-il interrogé.

Avant de faire comprendre que la libération de Mandela constitua la fin du système de l’oppression et d’exclusion contre les Noirs, l’affranchissement des frères et sœurs noirs d’Afrique du Sud.

Selon Monsieur Diarra, l’Afrique du Sud démocratique, égalitaire, et multi raciale est le fruit de luttes internes, mais aussi externes de la part des pays africains et du reste du monde entier qui s’est levé pour l’émancipation des Noirs en linguiste et multi ethnique.

Citant feu Nelson Mande, il dira : « Un homme qui prive un autre homme de sa liberté est prisonnier de la haine, des préjugés et de l’étroitesse d’esprit ».

Les dirigeants Sud-Africains, a-t-il martelé, doivent faire respecter cette disposition de la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples à son article 2 qui stipule : « Toute personne a droit à la jouissance des droits et libertés reconnus et garantis dans la présente Charte sans distinction aucune notamment de race, d’ethnie, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion, d’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou toute autre situation ».

Le Parlement Populaire du Peuple ne doute point que Mandela a toujours des héritiers à Johannesburg, à Pretoria, et dans d’autres villes sud-africaines. « Peuple civilisé d’Afrique du Sud, l’heure du sursaut a sonné. Le Madiba n’a-t-il pas dit : » la plus grande victoire de l’existence ne consiste pas à ne jamais tomber, mais à se relever après chaque chute. Levez-vous contre ceux qui ternissent l’image de votre pays. Levez-vous pour la paix dans votre pays. Levez-vous pour les libertés universelles. Nous jeunesse du Mali, Jeunesse d’Afrique, nous levons la voix aujourd’hui pour que le frère africain se sente chez lui partout en Afrique », a vivement lancé le porte-voix du PPP.

Au-delà de la condamnation de la chasse à I‘homme en Afrique du Sud et le silence des organisations internationales devant ces atrocités, le PPP appelle à la mobilisation panafricaine contre la France-Afrique le samedi 14 septembre 2019.

D.C.A

Le Soft

Suivez-nous sur Facebook sur