Vivre dans la maison familiale après le mariage : un quotidien stressant

Auparavant, il était inimaginable, pour beaucoup de jeunes garçons d’abandonner la maison familiale après leur mariage. De nos jours, de plus de jeune optent pour une famille nucléaire (petite famille) pour de multiples raisons.  Si certains veulent fuir les nombreux problèmes de cohabitation avec les autres membres de la famille, d’autres préfèrent vivre paisiblement seuls avec leurs femmes et leurs enfants (vie occidentale). 

Le Mali, ce pays reconnu pour son attachement à certaines valeurs sociétales, qui malgré la modernisation, sont toujours en vigueur. En effet, il reste toujours difficile pour les jeunes hommes (notamment les ainés) de quitter la maison parentale après le mariage. Car les parent ayant pris de l’âge, c’est à eux de prendre soins des parents et de rester dans la famille parentale. Mieux, pour la société traditionnelle, et la religion la Baraka (la bénédiction) d’un enfant provient du respect et de l’attention qu’il accorde à ses vieux parents.

« Je suis le premier fils d’une famille de 7 enfants. J’ai fait mes études en France. Et à mon retour, je me suis marié. Au début, je voulais me louer un appartement pour y vivre avec ma femme, mes parents ont catégoriquement refusé cette idée. Et depuis plus de 6 ans, je vie en famille avec mes parents, mes frères et leurs épouses. Toutefois, la plupart du temps, il n’y a de problèmes : il arrive que les femmes se fassent des histoires pour des futilités. Mais, c’est à nous les hommes de comprendre et faire en sorte que cela n’entame pas notre parenté ou créer des frustrations chez nos parents. Il y a aussi le problème d’espace et souvent le manque d’intimité qui pose problème, sinon il n’y a rien de satisfaisant qu’avoir ses parents près de soi », nous explique Ibrahim Koné.

Cependant de nombreuses jeunes filles voient autrement cette situation. Pour cette dernière, vivre dans la maison familiale avec ces beaux parents n’est pas chose facile, témoigne Mariam Dembélé.

« J’ai toujours eu peur de vivre avec ma belle-famille, mais je n’ai pas échappé. Je vis dans une grande famille avec mes beaux- parents, mes belles-sœurs, mes beaux-frères, j’avoue que c’est le stress au quotidien. Tu n’es pas totalement libre, car tu es, tout le temps, observée. Il faut contrôler ce qui sort de ta bouche, tes faits et gestes, car sans le savoir, tu peux offenser quelqu’un. Et souvent, c’est même difficile de donner l’éducation que tu veux à tes enfants. Et si tu ne fais pas attention, ces petites histoires au quotidien peuvent détruire l’harmonie de ton foyer, voire vous conduire au divorce », déplore- t- elle. Mais, il faut reconnaître en chaque chose, il y a des avantages et des inconvenants.

Adam DIALLO         

 

Source: Bamako News

Suivez-nous sur Facebook sur