Une batterie de recommandations pour que le centre ne bascule inexorablement dans le chaos

Pour une solution à la situation de cette zone, préconise Ousmane Kornio, «une nouvelle redéfinition du centre s’avère absolument nécessaire. Le centre souffre de ses richesses et il a toujours été considéré comme la vache à traire pour tous les agents de l’administration, des forces de défense et de sécurité et des acteurs de la justice y affectés et cette situation ne pourrait plus continuer». Aussi, toute solution qui tentera de réinstaller ces mêmes conditions de vie aux populations sera vouée à l’échec d’autant plus que durant toute la période de crise, les populations, malgré toutes les souffrances, ont au moins gouté à un autre mode de gouvernance et de gestion de leurs affaires qu’elles ont eu à comparer au mode de gouvernance initial.

 

L’auteur de l’étude intitulée «Conflits intercommunautaires au Centre du Mali : Pourquoi la batterie de solutions ne fonctionne pas ?», formule plusieurs recommandations pour sortir de cet imbroglio. Il s’agit, entre autres, de faire une grande sensibilisation des communautés sur la nécessité de changement de comportements et d’adaptation des pratiques habituelles d’agriculture, d’élevage et de pêche, aux effets des changements climatiques qui ont amenuisé les ressources naturelles pour satisfaire les besoins sans cesse croissants des populations ; Impliquer et responsabiliser les acteurs locaux (personnalités physiques ou morales comme les Hogons ou marabouts) dans le processus de recherche de solution et assurer leur sécurité…

Il recommande aussi la multiplication des mesures de rétablissement de la confiance des populations locales en l’Etat (gouvernement) à travers une présence régulière des autorités sur le terrain ; le renforcement de l’effectif de la gendarmerie et de la police sur le terrain de manière à réduire les interventions des forces militaires au sein des communautés ; le renforcement et le déploiement de la justice au Centre du pays de manière à mettre fin à l’impunité…

Tout comme il est indispensable d’entreprendre l’élaboration des schémas d’aménagement des différentes collectivités de manière à les adapter aux évolutions (culturelle, socioéconomique et démographique) des communautés ; de désarmer les groupes d’autodéfense et milices en assurant le redéploiement des forces de défense et de sécurité pour éviter les agressions venant de l’extérieur ; d’améliorer l’assistance des forces de défense et de sécurité aux populations en cas d’attaques terroristes ; de renforcer la surveillance de la sécurité aux frontières de manière à réduire la mobilité des groupes terroristes entre pays (Burkina Faso, Mali, Mauritanie) ; multiplier les rencontres inter et intracommunautaires de manière à permettre le dialogue direct et ouvrir la voie au pardon et à la cohabitation sécurisée ; relancer les activités économiques (agriculture, élevage et pêche) et assurer la fourniture quantitative et qualitative des services sociaux de base (santé, éducation…).

Des mesures à prendre dans l’urgence sans démagogie aucune, sans aucun calcul politicien, pour éviter que le centre ne bascule inexorablement dans le chaos !

 

Moussa Bolly

LE MATIN

Suivez-nous sur Facebook sur