Société : Nioro orpheline d’une figure marquante de la cité

Nioro, 6 juin (AMAP) Balla Fatô, un vieux fou d’environ quatre-vingt ans, originaire du Bélèdougou/ Kolokani, mais devenu très familier des Niorois qui l’ont découvert et côtoyé près d’une quarantaine d’années en divers endroits de la ville ; sous les ponts, au marché, devant les écoles et les services publics et les bars a été retrouvé mort, victime d’un automobiliste non encore identifié dont l’engin aurait buté le quidam nuitamment le 31 mai dernier derrière  la résidence du préfet, où il passait la nuit, en bordure de la route, a appris l’AMAP.

Cheveux ébouriffés, barbe  et moustache touffues arborant moult colliers et grigris autour du cou, Balla Fatô était devenu une icône à laquelle les populations de la cité croyaient fermement  être détentrices de pouvoirs occultes et lui prêtaient bien de qualités de géomancien  aux visions indubitables.

« C’était un grand charlatan qui connaissait  bien la géomancie (laturu) et maitrisait le langage des cauris qu’il n’hésitait pas, dans des endroits isolés à les étaler  et où  des groupes de femmes venaient souvent l’entourer pour connaître les différents sorts à leur sujet », témoigne un habitant qui poursuit « Certaines femmes n’hésitaient même pas à l’inviter à domicile, convaincues que tout ce que le vieux dit est la vérité et que ses prédictions se réalisent dans les faits ».

« Ses dires étaient du Wilibali » abonde un autre qui souligne toutefois que Balla Fatô  adorait l’alcool qu’il se procurait avec les revenus de ses consultations ou grâce à de généreux visiteurs au niveau des bars et était aussi un très grand fumeur qui chiquait également.

Le vieux malade mental dont la dépouille a été prise en charge par les autorités municipales restera très longtemps dans la  mémoire des milliers de niorois, en particulier les jeunes de moins 50 ans qui le provoquaient dans la rue souvent, de passage  et auxquels il répliquait par quelques boutades parfois.

MD/MS (AMAP)

Suivez-nous sur Facebook sur