Situation désastreuse du pays : La population mécontente du président IBK

Le Mali travers son pire moment dans toute son histoire. Tous les secteurs sont infectés, l’éducation, la santé, l’infrastructure, l’économie, l’insécurité, la crise socio-politique. Le président de la République, Ibrahim Boubacar Keita est choisi par les maliens en 2013 pour sauver le Mali. Mais la situation s’empire.

 

Depuis 2012, le Mali connait une crise multidimensionnelle qui a infecté le nord du Mali. Les Maliens, soucieux de la situation du pays, ont misé en 2013, toute leur confiance sur M. Ibrahim Boubacar Keita comme l’homme de la situation. Mais depuis son arrivée au pouvoir, l’homme devient méconnaissable, au regard de sa gestion calamiteuse du pouvoir. Durant sept  ans, tous les secteurs sont victime de la mal gouvernance. Nous avons fait un tour dans la ville de Bamako pour demander les avis de la population sur la gestion du pays par le président de la République, Ibrahim Boubacar Keita et son régime.

« Le pays dans lequel nous vivons  aujourd’hui n’est pas celui que nous connaissons depuis cinquante ans. Le Mali était un pays envié de tous les autres pays de la sous-région. Nous sommes très déçus de ce régime, rien de  concret n’a été réalisé durant ces sept ans. Nous demandons sincèrement au président de la République, s’il peut plus résoudre le problème de la sécurité, de l’éducation, d’infrastructures, de la corruption surtout la crise socio-politique que notre pays traverse, d’imiter son ami de la France « François Hollande » en remettant le pouvoir au peuple Malien », déclare un ancien combattant à la retraite.

Plusieurs autres ont affichés leur mécontentement. Pour eux, le régime d’IBK a fait un bilan inexplicable. Selon toujours ces intervenants, le président a été choisi pour relever le Mali, mais IBK a cambriolé tout et s’est assis comme si de rien n’était. Les intervenants ajouteront que le  locataire de Koulouba a mis le Mali dans le chaos à travers la corruption dans l’achat des équipements militaires, l’avion présidentiel, des engrais frelatés répartis aux paysans, l’éducation, les infrastructures dégradés, le transport férié enterré, le déguerpissement des emplois créés par les Maliens plus de 30 ans, des villages brûlés, des enlèvements des chefs de famille, l’électricité en faillite, la justice corrompue.

Le non-respect des textes a causé de nombreux grèves dans plusieurs domaines. Les enseignants, les agents de la santé, les magistrats et plein d’autres ont grevé pour le non-respect des textes signé par L’État.

Dans cette situation défavorable, désespérant, la majorité de la population affiche son mécontentement. Après toutes ces frustrations, le Président de la République, Ibrahim Boubacar Keita, doit s’assumer afin de traiter la plaie des Maliens.

Sékou Traoré dit ELBE (Stagiaire)

La Priorité

Suivez-nous sur Facebook sur