Séance de travail entre le Ministre Abdelkrim BENOUTIQ du Maroc et le Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur (HCME)

Ce mardi 26 février 2019, le Ministre Yaya SANGARE a organisé une séance de travail entre son homologue Abdelkrim BENOUTIQ, Ministre Délégué auprès du Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale, Chargé des Marocains Résidant à l’Etranger et des Affaires de la Migration et le Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur à la Maison des Maliens de l’Extérieur à Niamakoro.

Le Ministre Marocain était venu échanger avec les membres du Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur sur l’historique et les expériences de leur organisation. Il a aussi profité de partager les bonnes pratiques du Maroc en matière de gestion de la migration.

Après la séance de travail, le Ministre Marocain et sa délégation ont eu droit à une visite des locaux de la Maison des Maliens de l’Extérieur qui abrite le siège du HCME.

Nous rappelons que le Ministre BENOUTIQ est dans notre pays pour une visite de travail de deux (2) jours (25 et 26 février 2019) au cours de laquelle, le Mali et le Maroc ont signé un Mémorandum d’Entente de coopération en matière de gestion des politiques migratoires.

MMEAI

PORTRAIT DU NOUVEAU PM

Soumeylou Boubèye Maïga couramment SBM est né le 8 juin 1954 à Gao. Il a fait des études de journalisme au Centre d’études des sciences et techniques de l’information (CESTI) de l’Université Cheikh Anta Diop à Dakar au Sénégal, ainsi qu’en France où il obtient un diplôme d’études supérieures spécialisées (DESS) de diplomatie et administration des organisations internationales en 1987 à l’université de Paris-Sud et un diplôme de relations économiques internationales à l’Institut d’administration de Paris.
 Il exerce le métier de journaliste d’abord à L’Essor, quotidien d’État, puis au journal Sunjata.
Militant au sein du Parti malien du travail, il a été l’un des principaux artisans de la chute du régime de Moussa Traoré en 1991. Il entre au cabinet d’Amadou Toumani Touré, alors président du Comité de transition pour le salut du peuple (CTSP), en qualité de conseiller spécial d’avril 1991 à juin 1992.
Vice-président et membre fondateur de l’Alliance pour la démocratie au Mali-Parti africain pour la solidarité et la justice (ADEMA/PASJ), il devient en 1992 chef de cabinet du président de la République Alpha Oumar Konaré.
En janvier 1993, il a été nommé directeur général des services secrets maliens, période pendant laquelle il a empêché plusieurs coups d’État avant d’entrer au gouvernement de Mandé Sidibé en tant que ministre des Forces armées et des Anciens Combattants.
En 2002, Soumeylou Boubèye Maïga est candidat à la candidature de l’Adéma/Pasj pour l’élection présidentielle de 2002 qui choisit Soumaïla Cissé.
En 2006, alors que l’Adéma décide de soutenir la candidature probable du président sortant Amadou Toumani Touré à l’élection présidentielle malienne de 2007, Soumeylou Boubèye Maïga annonce son souhait de se présenter et fonde l’association « Convergence 2007 ».
Lors de la conférence nationale des 24 et 25 février 2007 de l’Adéma, les délégués ont voté l’exclusion de Soumeylou Boubèye Maïga et de plusieurs de ses sympathisants : Issa Diarra, Ibrahima Kantao, Binta Yattassaye et Oumar Ag El Méhidi.
Au premier tour de l’élection présidentielle, le 29 avril, il arrive en 6è position.
Le président sortant Amadou Toumani Touré est réélu.
Avec les autres candidats de l’opposition regroupés au sein du Front pour la démocratie et la république (FDR), Ibrahim Boubacar Keïta, Mamadou Bakary Sangaré et Tiébilé Dramé, il conteste les résultats d’un scrutin entaché de fraudes et dépose un recours devant la Cour constitutionnelle qui le rejette le 12 mai 2007.
Le 6 avril 2011 Soumeylou Boubèye Maïga est nommé ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale dans le gouvernement de Cissé Mariam Kaïdama Sidibé. Il réussi la prouesse de mobiliser 1800 milliards de Franc Cfa à titre d’aide pour le Mali en moins d’un an.
Le 8 septembre 2013 Soumeylou Boubèye Maïga est nommé ministre de la Défense et des Anciens combattants dans le gouvernement de Oumar Tatam Ly. Il démissionne de ce poste le 27 mai 2014 en réaction à la défaite de l’armée malienne à Kidal, face à des groupes rebelles.
En août 2016, il remplace Mohamed Alhousseiny Touré comme Secrétaire général de la présidence de la République.
Source: Sambi Touré 
Suivez-nous sur Facebook sur