Save The children note des progrès dans la vie des enfants en 20 ans

Dans un rapport mondial publié mardi 28 mai, l’ONG Save the Children salue les progrès enregistrés partout, y compris en Afrique. Pourtant, les dix derniers du classement restent des pays subsahariens.

Par rapport à il y a vingt ans, ce sont pas moins de 280 millions d’enfants de plus dans le monde qui ont des chances de grandir en allant à l’école, en bonne santé, et sans être exposés à l’extrême violence.

La méthodologie utilisée s’appuie sur ce que Save The Children appelle « les causes de privation de l’enfance » : la mort bien sûr, mais aussi la malnutrition, la déscolarisation, la mise au travail, le mariage, l’enfantement, l’exil forcé et la violence physique. Tout ce qui, selon la Convention internationale sur les droits de l’enfant, bafoue le droit d’être éduqué et de jouer dans un environnement de confiance et d’affection.

À ce titre, la situation s’améliore partout, y compris donc en Afrique. L’ONG salue par exemple « les choix politiques » de pays africains pourtant très pauvres, comme la Sierra Leone, le Rwanda, l’Éthiopie ou le Niger. Plus d’enfants vont à l’école, ils sont un peu mieux soignés et sont moins exposés qu’il y a 20 ans à l’extrême violence.

Mais cela n’empêche pas le fait que les dix pays les moins bien classés par l’ONG sont tous des pays subsahariens. Malgré des progrès évidents, les enfants du Burkina Faso, de la RDC, de Guinée, du Nigeria, de Somalie, du Soudan du Sud, du Mali, du Tchad, du Niger et, pour fermer la marche, de la République centrafricaine sont les plus privés de leur enfance. Avant tout, dit l’ONG, à cause, pour les six derniers, de la persistance de conflits armés.

RFI

Suivez-nous sur Facebook sur