Sans Tabou: ANPE, le DG entre dictature et manipulation

Pour son respect aux syndicalistes et responsables d’associations bénéficiant d’un mandat électif, le général Moussa Traoré, au plus fort de sa dictature, a pris soin de les protéger contre certains abus. C’est sous son règne qu’un décret voit le jour pour les protéger contre certains abus. Mais, à l’Agence nationale pour l’emploi (ANPE), le DG, Ibrahim AG NOCK qui se moque de cette disposition, vient de mettre à la porte un syndicaliste de sa boîte. Pour non-respect des textes de la structure ou pour avoir osé s’opposer au tout puissant secrétaire général de l’UNTM, Yacouba Katilé ? Les commentaires vont bon train.

Par décision N° 19-0202/ANPE, le directeur général de l’ANPE a décidé de licencier M. Khéfing Kanté, à compter du 5 septembre 2019. M. Kanté pour refus d’obtempérer à sa décision d’affectation par son DG Nock, à Mopti, a tout simplement été viré par ce dernier. Si ce motif se confirmait, il s’agira d’une injustice et d’une violation grave des textes et lois protégeant un syndicaliste au Mali. En effet, Khéfing Kanté est un syndicaliste bon teint.
Il est opposé à Yacouba Katilé dans la mise en place des instances de base de l’UNTM dans les services concernés. Aussi, Khéfing, semble-t-il, perturbe le sommeil au DG pour son opposition à certaines de ses pratiques abusives. Et pour cause, ce 6 juin 2019, il avait mobilisé les travailleurs de l’ANPE pour sit-in devant le portail principal de la structure. À travers cette manifestation, les responsables du CS-ANPE entendaient dénoncer ce qu’ils qualifient de violation des libertés syndicales de la part de la direction. Sur les pancartes des manifestants, on pouvait lire des slogans tels : « Non à l’entrave à la liberté syndicale !!! » ; « Non aux mutations arbitraires des syndicalistes !!! » ; « Non à l’ingérence de la direction dans la gestion syndicale ».
Les responsables du comité syndical reprochaient au DG de la boîte la nomination d’un délégué du personnel, en la personne de Drissa SIDIBE, par une note de service en violation de l’Accord d’établissement de l’ANPE, notamment en son article 9 qui stipule : « les délégués du personnel sont élus dans les conditions fixées par le Code du travail ».
Au cours de ce sit-in, Khéfing Kanté a soutenu que le directeur de l’ANPE, Ibrahim AG NOCK, serait en complicité avec ‘’le puissant secrétaire général de l’UNTM, Yacouba KATILE, pour tenter de déstabiliser son bureau’’. Au passage, il regrette que Yacouba Katilé soit devenu un empereur dans nos administrations sous le régime d’IBK.
« Il nomme qui il veut et met fin à l’exercice de fonction de celui qu’il ne veut pas au Mali », a-t-il déploré.
Pour beaucoup d’ailleurs, c’est pour garder son poste que Katilé s’est servi de cette centrale syndicale pour menacer le gouvernement d’une grève générale. Les partisans de Khéfing sont aujourd’hui convaincus que c’est dans ce contexte que Katilé a été installé sur du faux en complicité avec des hauts placés au sommet de l’État. Alors renforcé dans cette bataille, Katilé aurait exigé la liquidation professionnelle de son ennemi syndical, Khéfing Kanté. Le DG de l’ANPE qui cherche sa tête a pris une décision en mutant injustement Khéfing Kanté à Mopti. Ce qui est de l’arbitraire aux yeux de ce dernier et de ses partisans. Pour le moment, malgré tous les arguments avancés dans sa décision de licenciement, Ibrahim AG NOCK aura du mal à convaincre sur sa neutralité dans cette affaire. Certains de ses soutiens arguent que le problème Khefing/Katilé a été réglé au niveau du SYNTADE et que le patron de l’ANPE n’a rien à voir dedans. Ils pensent que Khéfing peut user des moyens judiciaires nécessaires pour faire valoir ses droits.

Par Sidi DAO

Source: info-matin

Suivez-nous sur Facebook sur