Rencontre entre les membres de la Plateforme Handicap et VIH et le Coordinateur de la cellule sectorielle de lutte contre le VIH/Sida.

Les membres de la Plateforme Handicap et VIH Sida ont rencontré le Coordinateur de la cellule sectorielle de  lutte contre le VIH/Sida au niveau du Ministère de la Santé et des Affaires Sociales M.Youssouf DIALLO ce jeudi 11 Juin 2020.  Ladite rencontre  avait pour but de  lui remettre le  message de plaidoirie à l’endroit du Ministère de la Santé et des Affaires Sociales  sur la prise en compte du handicap et VIH.

 

Avec à sa tête la Présidente de la Fédération Malienne des Associations de Personnes Handicapées-FEMAPH, Mme DJIKINE  Hatouma GAKOU, les membres de la plateforme Handicap et VIH affirment que selon le rapport du recensement général de la population et de l’habitat (RGPH 2009) du Mali « Les personnes handicapées sont estimées à 99 616 soit 0,7% de la population totale résidente. Cette population est victime de fausses croyances qui peuvent avoir des impacts négatifs sur leur prise en charge dans plusieurs domaines de la vie. »

En effet depuis l’étude mondiale sur le VIH et le Handicap en 2004, les personnes handicapées sont reconnues comme étant une population à risque de l’infection à VIH. Des données probantes sur l’épidémiologie de l’infection à VIH dans ce groupe sont indispensables à un ciblage efficace et efficient.

C’est ainsi que ARCAD Sida en collaboration avec Humanité & Inclusion a réalisé une étude bio comportement chez les personnes handicapées en 2011 dans le District de Bamako et dans la région de Koulikoro qui a révélé une prévalence de 2,4%  contre 1,3 au niveau national. Ce qui explique la préoccupation des membres de la plateforme quant à ce qui concerne la nécessité de la prise en compte des personnes vivant avec un Handicap dans les outils nationaux de collecte de données sur le VIH/Sida tenus au niveau des formations sanitaires.

Pour sa part, le Coordinateur de la cellule  sectorielle  de lutte contre le VIH/Sida a tenu à rassurer les membres de la plateforme de l’objet de leur visite. Selon M. Youssouf DIAKITÉ, cette question de prise en compte des personnes vivant avec un Handicap est déjà en cour d’évaluation. Je cite « nous avons le droit de soigner tous les maliens, et le droit à la santé est un droit constitutionnel. Nous sommes dans une approche de droit et cela veut dire que c’est une obligation du système public d’être à hauteur de souhait des engagements surtout  démocratiques et républicains pour pouvoir faire face aux besoins de la population. Dans le cas du VIH/Sida, 2,3℅ des personnes vivant avec un Handicap sont testées positives, ce qui dépasse la moyenne nationale qui est de 1.1. Ce qui veut dire que c’est un groupe qui doit être pris en considération afin de comprendre les déterminants de la vulnérabilité… Certes on en est un peu loin actuellement mais va déployer tous nos moyens pour y arriver.  »

Cette rencontre aura permis au membres de la plateforme Handicap et VIH de mettre un accent particulier sur la nécessité de prise en compte des personnes vivant avec  un Handicap  dans les outils nationaux de collecte de données sur le VIH/Sida tenus au niveau des formations sanitaires. Une rencontre, qui, pour les deux parties était fructueuse. D’ailleurs, Mme DJIKINE Hatouma GAKOU n’a pas manqué l’occasion de remercier M.DIALLO pour le travail déjà abattu et se sent confiante de l’aboutissement de leur message de plaidoirie.

AFANOU KADIA DOUMBIA, stagiaire

Malijet

Suivez-nous sur Facebook sur