RAPPORT DES MESURES PRISES PAR L’ETAT MALIEN CONTRE LE COVID-19

OCHA s’alarme sur la situation des déplacés dans le pays

 

La situation des personnes déplacées préoccupe la mission du Bureau de la Coordination des Affaires Humanitaires des Nations Unies (OCHA). L’organisme chargé de coordonner la réponse d’urgence pour sauver des vies et protéger les personnes dans les crises, bien que saluant les efforts du gouvernement, reste très inquiète face à la pandémie de COVID-19.

Dans un rapport, (OCHA), mission du Bureau de la Coordination des Affaires Humanitaires des Nations Unies chargée de coordonner la réponse d’urgence pour sauver des vies et protéger les personnes dans les crises a dressé un rapport sur les efforts des autorités maliennes dans la riposte contre le Coronavirus.

Selon ce rapport, le 25 mars, les autorités ont confirmé les deux premiers cas et jusqu’au 1er avril, le Mali comptait 31 cas confirmés dont 3 décès. Mais il faut noter qu’à ce jour le pays compte 36 cas. Au total, 925 personnes-contacts ont été identifiés et suivis dont 563 à Bamako et 276 à Kayes. Le gouvernement a établi un budget du Plan de réponse pour faire face à la pandémie de COVID-19 qui s’élève à environ 5,6 millions de dollars. Ce rapport indique que les cas ont été enregistrés dans le District de Bamako ainsi que dans les régions de Kayes et de Koulikoro.

Il est établi plus de 950 le nombre de contacts identifiés, 238 échantillons analysés et 8 Districts sanitaires touchés.

Les mesures.

Depuis le 18 mars 2020, le gouvernement du Mali avait annoncé les mesures suivantes : la suspension jusqu’à nouvel ordre des vols commerciaux en provenance des pays touchés, à l’exception des vols cargos, la fermeture des écoles publiques, privées et confessionnelles, y compris les medersas, pendant trois (3) semaines ; la suspension jusqu’à nouvel ordre de tous les regroupements publics, y compris les ateliers, colloques, séminaires et réunions populaires ; l’interdiction, jusqu’à nouvel ordre, des groupes sociaux, sportifs, culturels et politiques de plus de 50 personnes, sous réserve du respect des gestes-barrières ;  – La fermeture, jusqu’à nouvel ordre, des boîtes de nuit et des bars dancing.  Lesdites mesures ont été renforcées le 25 mars par un état d’urgence sanitaire et un couvre-feu de 21h à 5h du matin entré en vigueur le 26 mars ainsi que la fermeture de toutes les écoles pendant trois semaines (jusqu’au 9 avril). (…)

RETROUVEZ L’INTÉGRALITÉ DE L’ARTICLE DANS LA PARUTION DU VENDREDI 03 AVRIL 2020

KADOASSO.I

NOUVEL HORIZON

Suivez-nous sur Facebook sur