Protection civile : le syndicat dénonce des mutations arbitraires du DG

La Section syndicale de la Protection Civile du Mali a animé un point de presse la semaine dernière à la Centrale Démocratique des Travailleurs du Mali (CDTM). Elle dénonce des mutations arbitraires faites par le directeur général de la Protection civile à l’encontre des leaders de la nouvelle section syndicale.

Pour le secrétaire général de la nouvelle section Syndicale de la Protection Civile, Karim Guilavogui, à travers ce point de presse, il s’agissait d’alerter l’opinion publique sur la gestion obscure du directeur général de la Protection civile, le colonel-Major Seydou Doumbia.

“Dans le souci d’améliorer les conditions de vie et de travail des fonctionnaires de la Protection Civile en particulier les sous-officiers et sapeurs de rang, nous avons créé un troisième syndicat au sein de la Protection Civile affilié à la CDTM”, a déclaré M. Guilavogui.

Karim Guilavogui soutient qu’ils ont été trahis d’où l’intérêt d’avoir créé ce troisième syndicat.

Il déclare aussi que “la Protection civile a une belle façade mais l’intérieur est pourri à cause des problèmes qui existent depuis longtemps ; à savoir l’ingérence de la direction dans la gestion des syndicats, l’abus d’autorité et de pouvoir”.

Selon M. Guilavogui, le directeur général a donné l’ordre de détruire leur syndicat naissant, car “il ne veut pas d’un troisième syndicat au sein de la Protection civile”. Pour réussir son coup, “il a fait peur aux fonctionnaires à travers des mutations arbitraires pour disperser les agents de la nouvelle Section syndicale, demander aux éléments de son clan d’appeler leurs proches de ne pas être dans ce mouvement. Raison pour laquelle dans chaque recrutement, le DG de la protection civile et son clan insèrent le maximum pour avoir la mainmise sur ce service”, a indiqué M. Guilavogui.

Pour le Segal de la SSPCM, toute personne qui n’adhère pas à la cause du DG, c’est-à-dire à son clan à la DGPC est à abattre. “Encourager le vol et la gabegie dans le service, telles sont les pratiques du Directeur et son entourage qui sont à la manette à la Direction Générale. Un Directeur Général qui nourrit le caractère d’intimité au sein de son staff, alors la SSPCM pense que c’est plutôt une gestion familiale que professionnelle”, a dénoncé M. Guilavogui.

Pour confirmer ses dires, M. Guilavogui a donné un cas qui s’est passé récemment au sein du service, “un officier de la Protection civile a été noté passable par sa hiérarchie car il avait refusé de s’associer à une malversation financière”.

En plus de cette réaction de la nouvelle section syndicale à l’encontre du colonel-major, d’autres voix s’élèvent pour dénoncer ses malversations et réclamer sa démission….Lire la suite sur Aumali

Abdrahamane Diamouténé

Source: L’indicateur du Renouveau

Suivez-nous sur Facebook sur