Projet de « Renforcement de la gestion de la gouvernance des migrations, le retour et la réintégration durable au Mali », le comité de pilotage en conclave

Le ministre des Maliens de l’extérieur  et de l’intégration africaine, Yaya Sangaré a présidé  l’ouverture  des travaux du 2ème Comité de pilotage du projet « Renforcement de la gestion de la gouvernance des migrations, le retour et la réintégration durable au Mali ». C’était ce mardi 19 mars 2019 dans la salle de réunion dudit département en présence du représentant de l’Union Européenne, son excellence Alain Holleville.

 

Démarré le 17 mai 2017 le projet ‘Renforcement de la gestion de la gouvernance des migrations, le retour et la réintégration durable au Mali’ est une initiative conjointe du gouvernement malien et de l’Union Européenne dans le cadre de la mise en œuvre du plan d’action de la Valette sur la migration. Il s’agit d’un financement du « Fonds fiduciaire d’urgence de l’Union européenne pour l’Afrique en faveur de la stabilité et de la lutte contre les causes profondes de la Migration irrégulière et le phénomène des personnes déplacées en Afrique », une riposte aux causes profondes de la migration.

Comme l’a indiqué le ministre en charge des maliens de l’extérieur et de l’intégration africaine, Yaya Sangaré, cette initiative, est la traduction opérationnelle de leur engagement commun face aux défis imposés par la migration et de maximiser la contribution de la diaspora au développement.

La présente session a donc été le lieu pour le ministre  et ses collaborateurs, d’apprécier les résultats atteints par le projet à près de deux ans d’exécution et de convenir des perspectives.   A ce titre, on  précise  que ledit projet a porté assistance à 15 712 migrants dont 11505 maliens ; et a contribué  dans le cadre de la réintégration à l’inscription de 2500 personnes,    avec près de 800 personnes ayant  bénéficié de kits pour leur insertion.

Toujours   au registre  des résultats atteints par le projet,  le représentant de l’UE, souligne qu’à  travers les activités d’information et de sensibilisation,  il a été permis : le sauvetage de  plus de 14 000 migrants en souffrance dans le désert ; le retour volontaire de plus de 46 000 migrants dans leurs pays d’origine ; l’ octroi d’une aide à la réintégration après leur arrivée à plus de 62000 migrants sans oublier  les nombreuses   activités de sensibilisations organisées  sur les dangers de la migration, plus  95000  au total.

Et pour le ministre Yaya Sangaré, si force est de reconnaître et saluer ces résultats tangibles, il n’en demeure pas moins que des préoccupations demeurent. Il s’agit notamment de la construction des centres d’accueil et de transit des migrants de Kayes et de Gao.  Déjà sur ce point le ministre déclare que des missions conjointes ont été effectuées à Kayes et à Gao  pour identifier des parcelles avec les autorités régionales en 2017-2018, et que l’OIM serait responsable du retard du démarrage effectif des travaux de construction desdits centres.

Nonobstant ces quelques couacs entachant la bonne marche du projet, le ministre Sangaré, a tenu  relever les multiples efforts du gouvernement et ses partenaires. Depuis 2013 grâce au fonds national pour l’assistance aux maliens de l’extérieur en situation de détresse, ceux sont plus de 20 000 maliens rapatriés. La cité d’accueil opérationnelle depuis le 15 mars 2018, a accueilli plus de 6000 migrants de retour. Ces trois dernières années , le fonds de réinsertion et d’insertion des migrants aurait permis d’appuyer la réinsertion socio-économique de plus de 4000 personnes. Loin de vouloir  s’en limiter dans les efforts, le ministre annonce l’accompagnement des centaines de jeunes au titre de l’année 2019.

Khadydiatou SANOGO

Maliweb

Suivez-nous sur Facebook sur