Problématique sécuritaire Des efforts notables, mais une collaboration avec la police souhaitée par les Bamakois

En réalisant ce micro-trottoir, que nous vous proposons ci-après, notre souci a été de cerner la perception par les populations des efforts déployés par la police nationale pour leur protection. Pour ce faire, nous avons recueilli les avis de quelques personnes à Bamako en leur posant la question suivante : Les efforts déployés par la police pour sécuriser les personnes et leurs biens sont-ils à hauteur de souhait ?

 

Youssouf Diarra :je pense que tant que les plus hautes autorités elles-mêmes ne se décideront pas à gérer la Police, elle ne fera pas son travail correctement. Nuits et jours, les populations sont attaquées et assassinées, mais rien n’est fait contre les auteurs de ces crimes, pourtant bien connus des services de renseignements. Si cela continue, nous assisterons encore à ce qui s’est passé à Niono. Vous savez, quand le peuple se décide à s’attaquer aux représentants de la loi, c’est que, quelque part, ces derniers ont failli à leur devoir. Quand la loi n’est pas respectée dans un pays, c’est normal que les conséquences soient dramatiques. Nos autorités protègent leurs vies et oublient celles des populations. Nous n’avons ni sécurité ni autorités pour l’heure

Mme Diaouné Oumou Simaga :Il n’y a plus de sécurité au Mali. Quand on décide de sortir la nuit, on ne peut plus, car on a peur de se faire agresser. Idem lorsque vous voulez vous rendre dans une région du Mali, par exemple, à Mopti. Certes, les efforts de la police sont salutaires à travers les patrouilles qu’elle effectue en permanence dans tous les quartiers de Bamako, mais les bandits continuent à faire des dégâts.

Si le ministre de la Sécurité peut changer les choses alors qu’il le fasse, sinon qu’il se trouve une équipe compétente susceptible de faire évoluer positivement la situation. Je voudrais aussi préciser que, quand la population se révolte, il y a des interventions un peu partout pour condamner son acte. Cependant tout le monde sait que c’est quand elle est acculée, qu’elle se défend.

Madou Diarra :Le pouvoir appartient au peuple. S’il y a des gouvernants, c’est parce que le peuple les a choisis. Nous ne pouvons pas nous passer l’un de l’autre. Ils sont là

pour nous protéger, mais nous devons les aider. Si nous les écoutons et qu’ils nous écoutent, je pense que nous pourrons nous en sortir et sauver notre pays

Amadou Cissé : Je pense que c’est à la population d’aider la police à travailler. Lorsqu’un civil voit un individu suspect, il doit immédiatement prévenir la police. Le Ministre de la Sécurité fait son travail, mais c’est à nous de changer nos comportements. Le ministre est là pour nous pas pour lui-même

Dramane Guindo : Il n’y a pas de sécurité au Mali et chacun fait ce qu’il veut.  Il faut un changement de comportement au niveau des autorités et des populations. Le Ministre Salif Traoré ne peut pas tout gérer à lui seul, il faut qu’il soit soutenu par le peuple. Et pour cela, les Maliens doivent d’abord comprendre que la police est leur premier allié. Avec tous les efforts du monde, si la population ne coopère pas, la police restera inefficace.

Assane Haïdara :La sécurité pose un énorme problème au Mali. Mais je pense qu’il y a des efforts qui ont été faits. La région de Koulikoro, aujourd’hui, est surveillée en permanence et on entend plus d’attaques dans cette zone. Il y a aussi le déploiement d’un dispositif de sécurité avec les check-point grâce auxquels la police veille jusqu’à 6h du matin pour fouiller les véhicules suspects.

Cependant, il y a des efforts qui doivent être faits pour que les populations se sentent plus en sécurité. Par exemple, les sapeurs-pompiers doivent réagir plus vite quand il y a un incident, comme celui qui est arrivé à Daoudabougou causant la mort de plus de 15 personnes.

Source: l’Indépendant

Suivez-nous sur Facebook sur